The Archives of Ontario Remembers Our Canadian War Heroes

Lettre datée du 10 juillet 1916, de Wally Gray à ses parents, Alfred et Emily - traduction

(1)

Sdt W. H. Gray

Le 10 juillet 1916

Chers Maman et Papa,

Quelques mots pour vous dire que j'espère que vous êtes en bonne santé et je suis heureux de pouvoir vous dire que je me sens beaucoup mieux. Ma blessure va beaucoup mieux mais mon pied s'est pas amélioré et je m'attends à avoir une autre opération bientôt, parce que le docteur pense qu'il y a quelque chose qui touche à un nerf sous le genou. Si c'est le cas, il va falloir que j'attende un bon moment encore avant de pouvoir me lever, mais je commence à m'habituer puisque ça fera bientôt six semaines. Et bien, chers Maman et Papa, Beat et Annie sont venus me voir la semaine dernière de mardi à jeudi et ils m'ont mis au courant des dernières nouvelles. Mais ils sont tombés à un bien mauvais moment, puisqu'il y avait beaucoup de blessés qui arrivaient de la grande bataille ce qui fait que c'était un peu gênant pour eux, mais tout a fini par bien se passer et j'étais vraiment content de les voir. Ils m'ont dit que vous avez eu les nouvelles à propos de notre pauvre Charlie. Ça pris presque trois semaines avant que je l'apprenne. Ils voulaient pas me le dire en premier,

(2)

mais une femme qui écrivait au Bureau des enregistrements me l'a dit, mais je me doutais bien que quelque chose lui était arrivé de la façon que les brancardiers me parlaient. Ils me disaient qu'il était correct, qu'ils lui avaient parlé, mais j'arrivais pas à les croire parce que dès que l'obus a éclaté, ceux qui avaient pas été frappés courraient pour se mettre à l'abri. Ce qui fait qu'ils ont jamais eu la chance de lui parler, mais j'aurais aimé ça le savoir d'une certaine façon pour que je puisse lui dire Adieu. Mais gardons le moral, on sait qu'il est mort pour son Roi et son Pays, ce que tous les hommes là sont prêts à faire. C'était un endroit épouvantable où nous étions. C'était pendant la nuit du 3 et la bataille était furieuse et les Canadiens allaient attaquer à l'aube et notre batterie avançait pour les supporter au cas où on aurait eu besoin de nous-autres et on était sur la route d'Ypres. Juste avant le pont du canal, un obus est tombé qui a tué ou blessé 12 à 15 d'entre nous. Vous voulez savoir si la blessure à ma jambe est grave. Eh bien, un morceau de shrapnel m'a frappé au dessus du genou et en rentrant, a coupé l'artère. Dès que je suis arrivé au poste de nettoyage on m'a opéré et on l'a rattaché ensemble. On a pas pu me traiter pendant 24 heures parce que ça aurait été fatal pour ma jambe. J'aurais pu la perdre s'ils avaient opéré, mais le danger est passé maintenant alors ne vous inquiétez pas pour ça. Beat m'a dit

(3)

que notre bon vieux Erne Cox est tombé lui aussi, je suppose que ça va être dur sur sa famille. Notre bon vieux Sid doit s'ennuyer de nous-autres asteure puisqu'on passait tout le temps qu'on pouvait ensemble, et puis Charlie Goddard qui a eu la chance de se blesser au pied ce qui fait qu'on l'avait fait travailler dans la cantine et puis y'a pas eu besoin de monter avec nous-autres. Je suppose que quelqu'un a le paquet. Ils en ont besoin et ils sont les bienvenus. J'espère qu'ils vous remettront tous les effets personnels de Charlie. Je sais qu'ils sont très pointilleux pour les envoyer et tout est ramassé et scellé devant ses officiers. Eh bien, Maman et Papa, j'ai reçu votre lettre et je vous remercie pour l'argent. Désolé d'apprendre que vous n'êtes pas en pleine forme. Vous allez être comme ça pendant un bout de temps, mais j'espère que ça ira mieux la prochaine fois que j'aurai de vos nouvelles. Vous pouvez dire à Lucy que son frère George est passé me voir. Il n'est pas très loin d'ici, à environ une demi-heure à pied. Il paraît bien. Je l'ai pas reconnu au début quand il est arrivé mais au bout de quelques minutes, il m'a semblé le reconnaître, mais lui il m'a reconnu dès qu'il a pu voir mon visage. Il envoie ses meilleurs vœux à tout le monde. Eh bien, les vieux May et Herbert auront bientôt déménagé juste à côté et puis ça c'est une bonne nouvelle. Eh bien, chers Maman et Papa, je pense que c'est tout pour cette fois. Rappelez-moi au bon souvenir de tout le monde. Votre fils qui vous aime vous embrasse.

J'espère vous voir bientôt, Wally xxxxxxxxxx