Vie civile - bannière

Thomas Burrowes a prospéré comme civil. Le fait qu’il avait obtenu le grade de caporal dans l’armée et qu’on l’avait chaudement recommandé pour un poste civil suggère qu’il était intelligent, travailleur et consciencieux. C’est certainement cette réputation qui l’a accompagné dans le secteur privé. Bien plus tard, lorsqu’il habitait Kingston Mills, il a été nommé juge de paix et maître de poste, des fonctions qui lui ont valu la confiance du public.

Thomas Burrowes a dessiné cette carte de la haute-ville de Bytown vers 1830. « Shier » est ce qu’il comprenait du mot français « Chaudière ». La carte indique des lots que les Royal Engineers préparaient et offraient aux colons au nord de la rue Wellington (dans la partie inférieure).

Map of village near Shier Falls, [vers 1830]

Cliquer pour un agrandissement (213ko)
Map of village near Shier Falls, [vers 1830]
Fonds Thomas Burrowes
Code de référence : C 1-0-0-0-116
Archives publiques de l'Ontario, I0002127

En 1874, William Pittman Lett a écrit un long poème au sujet des gens qu’il avait connus dans son enfance à Bytown, alors à ses débuts. Il nous donne un aperçu poétique de Burrowes en tant que membre respecté de la jeune collectivité :

And there stands Thomas Burrows [sic], too,
As he appeared before my view,
Leaning upon his garden gate
Beside the Creek in ’28;
He held of trust, an office high
Under the reign of Colonel By.

[Traduction]
Il y a aussi Thomas Burrowes,
Qui devant moi se tient debout
Contre la clôture de son jardin
Tout près du Ruisseau en 28;
Il eut un poste de haute confiance
Sous le règne du colonel By.

Précédente | Page d'accueil | Suivante