Arpenter une région sauvage - bannière

Pendant l’hiver de 1827-1828, Burrowes a été désigné pour arpenter le trajet menant de la rivière des Outaouais aux rapides Black, situés à quelques miles en amont sur la Rideau. L’été, cette région sauvage était quasiment impraticable. L’hiver, toutefois, lorsque les feuilles étaient tombées et que les marais étaient gelés, les équipes d’arpentage pouvaient se déplacer avec une facilité relative dans le froid cinglant. John MacTaggart, délégué en chef du maître d’ouvrage, a décrit la difficulté d’arpenter en forêt dense, où « il faut tâtonner comme des aveugles ».

De fait, les arpenteurs du Canada avaient déjà développé des techniques pour composer avec les conditions dans les forêts canadiennes. Par exemple, on pouvait faire résonner un cor, allumer une chandelle dans la noirceur ou brûler un arbre pour établir une ligne de vue.

Cette carte de 1830, dessinée par Thomas Burrowes, montre la partie inférieure de la rivière Rideau au confluent de la rivière des Outaouais. De 1826 à 1829, Burrowes a passé beaucoup de temps à arpenter cette section de la voie navigable.

Map of Eastern End of Rideau Canal, 1830

Cliquer pour un agrandissement (276ko)
Map of Eastern End of Rideau Canal, 1830
Aquarelle
Fonds Thomas Burrowes
Code de référence : C 1-0-0-0-115
Archives publiques de l'Ontario, I0002234

Précédente | Page d'accueil | Suivante