L'écluse de Chaffey’s et les autres écluses - bannière
La technologie des régions sauvages - bannière

Thomas Burrowes a peint le poste d’éclusage de Chaffey’s, situé entre les lacs Opinicon et Indian, en 1833, un an après son achèvement. Le tableau permet de voir clairement la mécanique simple de l’écluse. Le cours original de la rivière est représenté à gauche, passant par-dessus un déversoir servant à contrôler le niveau d’eau en amont du poste. Les deux billots (appelés « batardeaux ») apparaissant au-dessus de la chute s’adaptaient aux rainures à fente du mur de pierre. Des billots semblables étaient couchés sous l’eau. Lorsque le niveau de l’eau baissait en période sèche, on ajoutait des billots au barrage pour faire remonter le niveau en amont. Lorsque le niveau d’eau montait trop, surtout pendant la fonte du printemps, on enlevait des billots pour augmenter le débit et prévenir les inondations en amont. Ensemble, les déversoirs réglables des écluses pouvaient contrôler les niveaux d’eau de tout le réseau du canal.

À droite dans ce tableau figure le canal qu’on avait creusé pour diriger l’eau dans l’écluse de pierre calcaire taillée, dont les deux paires de portes sont fermées.

Aquarelle: Lock, Waste-weir, &c at Chaffey's Mills Sketched 1833, Col’d. Jny. 1841, 1833

Cliquer pour un agrandissement (291ko)
Lock, Waste-weir, &c at Chaffey's Mills
Sketched 1833, Col’d. Jny. 1841, 1833
Aquarelle
Fonds Thomas Burrowes
Code de référence : C 1-0-0-0-44
Archives publiques de l'Ontario, I0002163

Brewer's Upper Mills : Travaux en cours - bannière
Aquarelle: Brewer's Upper Mills: Upper lock partly built, Excavations, Embankments &c. in progress, 1830

Cliquer pour un agrandissement (89ko)
Brewer's Upper Mills: Upper lock partly built, Excavations, Embankments &c. in progress, 1830
Aquarelle
Fonds Thomas Burrowes
Code de référence : C 1-0-0-0-65
Archives publiques de l'Ontario, I0002184

Après avoir été nommé contremaître de la moitié sud du canal Rideau en 1829, Burrowes se rendait régulièrement aux écluses qui se construisaient dans son territoire. Lors d’une visite à Brewer’s Upper Mills, il a peint l’excavation de la double écluse située à l’ouest du lit naturel de la rivière. Dans le coin inférieur gauche, des hommes poussent des brouettes pleines d’argile qu’ils ont enlevée à la pioche et à la pelle. Ils déposeront les débris rocheux près des structures des écluses pour créer des remblais supportant les murs latéraux de celles-ci. Le platelage au-dessus du puits formera le plancher de l’écluse amont; on la voit flanquée par les premiers éléments de ses murs de pierre. L’écluse aval est en cours d’excavation.

En passant

Les bateaux allant vers le nord qui devaient grimper sur 3,7 mètres (12 pieds) pour atteindre le lac Indian entraient dans l’écluse par la première paire de portes, qu’on fermait derrière eux. Ensuite, l’eau du lac Indian (en amont) se déversait lentement dans l’écluse par des vantelles intégrées aux murs et les bateaux montaient avec le niveau de l’eau. Lorsque ce niveau atteignait celui du lac Indian, on ouvrait les portes amont (appelées ainsi parce qu’elles se trouvent à l’extrémité amont de l’écluse) et le bateau sortait pour se rendre à l’écluse suivante, à Davis’ Mills, et répéter le processus.

Les bateaux allant dans l’autre sens pouvaient alors entrer dans l’écluse remplie. On les descendait au niveau du lac Opinicon (en aval) en vidant l’écluse par des vannes intégrées à la partie inférieure des portes (sous le niveau de l’eau). Les treuils placés au sommet des portes aval servaient à ouvrir et à fermer ces vannes. Les chaînes qui déplaçaient les lourdes portes en chêne s’enroulaient sur les gros treuils manuels en fer (appelés treuils à patins) installés à côté de l’écluse. Les bords verticaux de la paire de portes se rejoignaient pour former un V dirigé vers l’amont afin que la pression de l’eau qui s’exerçait sur elles les pousse fermement ensemble, produisant un joint étanche.

Pendant la construction, l’entrepreneur, un propriétaire local de moulins nommé John Brewer (dont la brasserie et les moulins à grain et à bois sont représentés à droite) a fait faillite et a fui la province. L’entrepreneur suivant a terminé les travaux, mais seulement après avoir négocié une augmentation considérable des honoraires. Le lieutenant-colonel By a acheté les moulins et les a fermés pour construire un barrage et un déversoir sur la rivière. Le bâtiment circulaire, près de la rivière, est le four qui servait à fabriquer le mortier utilisé par les maçons en pierres.

L'écluse de Davis' : Mise au point du réseau - bannière
Aquarelle: Lock, &c at Davis’s Mill; Repairing the Gates & Wooden bottom of Lock; winter of 1843-4, 1843

Cliquer pour un agrandissement (297ko)
Lock, &c at Davis’s Mill; Repairing the Gates & Wooden
bottom of Lock; winter of 1843-4, 1843
Aquarelle
Fonds Thomas Burrowes
Code de référence : C 1-0-0-0-51
Archives publiques de l'Ontario, I0002170

Après l’achèvement des travaux, il fallait entretenir soigneusement les écluses. Burrowes se rendait régulièrement aux postes d’éclusage pour superviser leur entretien. Dans ce tableau de l'écluse de Davis’, il reproduit des charpentiers, près de l’écluse, en train de préparer un billot pour une nouvelle paire de portes. Un ouvrier, dans le coin inférieur gauche, apporte un autre billot sur le chantier. On remarque que les treuils à patins des portes ont été remplacés par de longues poutres de bois pivotantes dont l’utilisation était plus rapide.

Précédente | Page d'accueil | Suivante