Jones Falls - bannière
Un exploit d’ingénierie - bannière
Aquarelle: The Great dam at Jones’ Falls; from the West end, 1841

Cliquer pour un agrandissement (351ko)
The Great dam at Jones’ Falls; from the West end, 1841
Aquarelle
Fonds Thomas Burrowes
Code de référence : C 1-0-0-0-53
Archives publiques de l'Ontario, I0002172

Thomas Burrows a reproduit, peut-être à son insu, une des merveilles d’ingénierie de son époque lorsqu’il a peint le barrage-voûte (courbé) en pierre du poste d’éclusage de Jones Falls en 1831 et de nouveau en 1841. Au moment où il a été construit, ce barrage était le plus haut d’Amérique du Nord et de l’Empire britannique et on l’a comparé favorablement aux barrages-voûtes de maçonnerie construits des siècles auparavant par les Romains en Europe et, peu après, à Aix-en-Provence (France).

En donnant au barrage la forme d’une arche orientée vers l’eau d’amont qu’il retenait, les ingénieurs ont pu faire en sorte qu’il soit assez solide pour résister à l’énorme quantité d’eau qui se précipitait auparavant dans des rapides abrupts de 1,5 kilomètre (1 mile). Le lieutenant-colonel By avait tenté d’utiliser la technique de la voûte de pierre à Hog’s Back, mais il avait abandonné le projet après que ce barrage se soit écroulé trois fois à cause d’une fondation instable. Il n’a pris aucun risque à Jones Falls : il a établi sa fondation à 2,4 mètres (8 pieds) de profondeur dans le lit du lac, puis il a ajouté une pente sous-marine de blocaille et de boue de 39 mètres (127 pieds) vers l’amont pour réduire la pression de l’eau sur le barrage.

Le tableau de la structure achevée peint par Burrowes en 1841 montre l’ampleur massive du barrage, haut de 18 mètres (60 pieds) et long de 106 mètres (350 pieds) environ. Deux piétons représentés au sommet du barrage nous donnent l’échelle. Les arbres noyés du lac Sand, à gauche, ont été victimes de la hausse du niveau du lac. À droite, en aval du barrage, on voit de l’eau calme à la place des anciens rapides rugissants. Le déversoir, situé à l’arrière et à droite de la position de l’artiste, n’est pas représenté. Il drainait l’eau du lac Sand dans le lac Whitefish.

Aquarelle: Dam at Jones’ Falls; when nearly completed, shewing the last temporary passage provided for the surplus water, 1841

Cliquer pour un agrandissement (326ko)
Dam at Jones’ Falls; when nearly completed, shewing the last temporary
passage provided for the surplus water, 1841
Aquarelle
Fonds Thomas Burrowes
Code de référence : C 1-0-0-0-52
Archives publiques de l'Ontario, I0002171

Au cours de la construction du barrage, on a aménagé des vantelles dans le mur de pierre pour maintenir le niveau du lac Sand bas derrière l’ouvrage. Peu avant l’achèvement du barrage, on a drainé temporairement le lac Sand et rempli les ouvertures entre les pierres, puis les travailleurs se sont hâtés de terminer le barrage pour qu’il atteigne sa pleine hauteur. Lorsque le lac Sand s’est rempli de nouveau, on a ouvert un déversoir réglable (non représenté, à gauche du barrage) pour contrôler le niveau du lac entre l’écluse amont de Jones Falls et celle de Davis’.

Au point culminant des travaux, 260 hommes travaillaient au chantier de Jones Falls. Parmi eux, 40 maçons en pierres devaient tailler et préparer les blocs de grès qui étaient extraits d’une carrière et qu’il fallait transporter d’Elgin, éloignée de 10 kilomètres (6 miles). La malaria a durement frappé la main-d’oeuvre à l’été de 1828 et les années suivantes, tuant des dizaines d’hommes et rendant la plupart des autres invalides pendant des semaines.

Aquarelle: Locks, &c at Jones’ Falls; from the Rocky Hills south-west of them, [vers 1835]

Cliquer pour un agrandissement (305ko)
Locks, &c at Jones’ Falls; from the Rocky Hills south-west of them, [vers 1835]
Aquarelle
Fonds Thomas Burrowes
Code de référence : C 1-0-0-0-57
Archives publiques de l'Ontario, I0002176

À son achèvement, le poste d’éclusage de Jones Falls comportait une écluse amont (dans le coin supérieur droit de l’image), trois écluses aval (à droite) et un bassin d’évitage qui les séparait et donnait aux bateaux à vapeur assez d’espace pour manoeuvrer afin d’y entrer et d’en sortir. Le déversoir principal (non représenté), qui se trouvait à droite de l’écluse amont, dirigeait l’eau du lac Sand vers le lac Whitefish et le barrage voûté.

Précédente | Page d'accueil | Suivante