Les écluses de l'entrée : - bannière

La section de la rivière Rideau qui traversait une zone sauvage vers le nord-est à partir du lac Rideau représentait un trajet pratique pour le canal, mais la rivière posait une série de problèmes à l’approche de Bytown. Sur les derniers 9 kilomètres (5,5 milles), elle devenait très peu profonde et se terminait par deux chutes spectaculaires plongeant de 10 mètres (30 pieds) dans la rivière des Outaouais. Il fallait trouver un autre trajet pour le canal.

La baie Sleigh, non loin à l’ouest des chutes, est devenue l’entrée du canal. On l’a choisie parce qu’elle donnait accès à un long ravin qui grimpait dans un terrain escarpé jusqu’à la rive sud de la rivière des Outaouais. Au moyen de huit écluses, on faisait monter les bateaux à un niveau où ils pouvaient naviguer sur un canal artificiel aménagé à travers les marais et la forêt jusqu’au chutes Hog’s Back.

Aquarelle: Western and Lesser Fall of the Rideau River; Barrack Hill and Upper Bytown in the left Distance, 1826

Cliquer pour un agrandissement (331ko)
Western and Lesser Fall of the Rideau River; Barrack Hill
and Upper Bytown in the left Distance, 1826
Aquarelle
Fonds Thomas Burrowes
Code de référence : C 1-0-0-03
Archives publiques de l'Ontario, I0002120

Le tableau de Thomas Burrowes montre les avantages stratégiques de la baie Sleigh, qu’on pouvait facilement défendre contre une attaque à l’aide de batteries de tir placées au sommet des escarpements qui flanquaient les écluses. La pierre calcaire provenant des flancs du ravin était un bon matériau de construction pour les écluses et pour les bâtiments que le lieutenant-colonel John By (commandant du projet du canal Rideau) a construits en 1827.

Dans le tableau, Burrowes offre une perspective historique de la Colline des Casernes, le promontoire qui allait devenir la Colline du Parlement. (Les bâtiments du Parlement ont été construits à cet endroit de 1859 à 1876.) À l’époque du tableau, il y avait trois casernes en pierre et un hôpital au sommet de la colline.

Au sommet de la colline oppose (située dans ce qui est aujourd’hui le parc Major’s Hill), on peut voir la résidence privée du lieutenant-colonel John By. Plus bas, au bord de la rivière des Outaouais, se trouve un quai et le bâtiment qui logeait les Royal Engineers. En remontant les écluses, à droite, on peut voir le Commissariat, seul bâtiment représenté dans le tableau qui existe toujours. Il a été transformé en musée.

Au-delà de la dernière écluse, le pont des Sapeurs était un lien important entre les deux rives de la nouvelle voie navigable. Il a été démoli en 1912.

Recommencement

Pendant plusieurs années avant le début des travaux, le lieutenant-colonel John By a incité le gouvernement d’Angleterre à prévoir un canal assez large pour les bateaux à vapeur plutôt que les seuls bateaux et barges utilisés couramment pour transporter les biens et les personnes entre Montréal et le Haut-Canada. By voulait multiplier par 2,5 la largeur initiale de 6 mètres (20 pieds), mais Londres refusait. Enfin, il a reçu en juin 1828 l’autorisation de faire passer la largeur des écluses à 10 mètres (33 pieds). Malheureusement, les trois premières écluses étaient alors presque achevées. La décision a satisfait By, qui avait compris l’importance que prendrait le transport par bateau à vapeur dans cette province sauvage, mais elle a dû décourager les hommes qui avaient peiné pour construire les premières écluses plus étroites.

Après avoir démoli les murs de pierre qu’ils avaient construits quelques mois auparavant, les travailleurs ont eu plusieurs problèmes liés à l’eau souterraine et au sable qui giclaient continuellement des flancs du ravin excavé. Ils ont utilisé des pompes pour évacuer l’eau de l’ouvrage, puis construit un mur pour empêcher le sable de remplir les écluses.

Aquarelle: First Eight Locks of the Rideau Canal, the North entrance from the Ottawa River, 1834

Cliquer pour un agrandissement (291ko)
First Eight Locks of the Rideau Canal, the North entrance
from the Ottawa River, 1834
Aquarelle
Fonds Thomas Burrowes
Code de référence : C 1-0-0-0-13
Archives publiques de l'Ontario, I0002131

Précédente | Page d'accueil | Suivante