Bruce Robertson Bannière exposition en ligne

Poste d’évacuation sanitaire canadien no 2

« The Western Battle Front, » dans Nelson's Map Book of the World Wide War [entre 1914-1918], (pages 2-3). Collection de documents militaires, F 895, Archives publiques de l’Ontario, I0073460
Cliquer pour un agrandissement

 « The Western Battle Front, » dans Nelson's Map Book of the World Wide War [entre 1914-1918], (pages 2-3). Collection de documents militaires, F 895, Archives publiques de l’Ontario, I0073460


Le poste d’évacuation sanitaire canadien no 2

- Aire (France) – 31 janvier, 1916
- Remy Siding (Flandre) – 10 août, 1916
- Esquelbecq (France) – 15 avril, 1918
- Remy Siding (Flandre) – 16 septembre, 1918
- Leuze (Flandre) – 16 novembre, 1918
- Huy (Flandre) – 5 décembre, 1918
- Bonn (Allemagne) – 21 décembre, 1918 (Fermé 7 février, 1919)

« Il a réussi, ainsi que son personnel, à faire des merveilles dans les conditions les plus terribles. »

- Lettre de M. James Kerr-Lawson à Mme. Bruce Robertson, 1923

Bruce est affecté pendant presque deux ans au poste d’évacuation sanitaire canadien no 2,  à Remy Siding. À elle seule, la campagne de 1917 a envoyé 30 000 blessés du front  au poste d’évacuation sanitaire. Bruce reste souvent à son poste pendant 16 heures et même 24 à 36 heures.

Un ancien combattant a écrit que « la pression [exercée sur le docteur Robertson] était très forte et je suppose que c’est sa concentration intense sur ce qu’il faisait qui lui permettait de continuer pendant tant d’heures – sans compter, sa constitution robuste qui était une des caractéristiques des Canadiens en général. »

Photo du poste d’évacuation sanitaire prise de l’autre côté de la route, [entre 1916-1918]
Cliquer pour un agrandissement

Photo du poste d’évacuation sanitaire prise de l’autre côté de la route, [entre 1916-1918]
Fonds L. Bruce Robertson, F 1374, Archives publiques de l’Ontario, I0050297

Légende au verso : « Vue du poste d’évacuation sanitaire de […] de l’autre côté de la route. On remarquera que le commandant était un jardinier passionné et qu’il avait réussi à transformer des terrains vacants en terrains présentables. » Une autre légende de photo indique que c’est la partie la plus présentable du poste d’évacuation sanitaire et que les graines de fleur avaient été fournies par diverses personnes de chez nous.


Diaporama. Afin de voir les images en diaporama, veuillez cliquer sur l’image et sélectionner l’icône «Next/Suivante.»

Personnel médical [L. Bruce Robertson au centre, à l’arrière], février 1917
Cliquer pour un agrandissement

Personnel médical [L. Bruce Robertson au centre, à l’arrière], février 1917
Fonds L. Bruce Robertson, F 1374, Archives publiques de l’Ontario, I0050278

Fouilles pour retrouver des infirmières à 50 pieds du lieu d’explosion d’un obus, [entre 1916-1918]
Cliquer pour un agrandissement

Fouilles pour retrouver des infirmières à 50 pieds du lieu d’explosion d’un obus, [entre 1916-1918]
Fonds L. Bruce Robertson, F 1374, Archives publiques de l’Ontario, I0050295

Salle d’opération avec élingues au plafond pour tenir les jambes et les bras pendant les opérations, [vers 191
Cliquer pour un agrandissement

Salle d’opération avec élingues au plafond pour tenir les jambes et les bras pendant les opérations, [vers 1917]
Fonds L. Bruce Robertson, F 1374, Archives publiques de l’Ontario, I0050301

Salon du quartier des officiers, [entre 1916-1918]
Cliquer pour un agrandissement

Salon du quartier des officiers, [entre 1916-1918]
Fonds L. Bruce Robertson, F 1374, Archives publiques de l’Ontario, I0052166

Patients anglais, écossais, australiens, néo-zélandais et canadiens au poste d’évacuation sanitaire, [entre 1916-1918]
Cliquer pour un agrandissement

Patients anglais, écossais, australiens, néo-zélandais et canadiens au poste d’évacuation sanitaire,  [entre 1916-1918]
Fonds L. Bruce Robertson, F 1374, Archives publiques de l’Ontario, I0052165


Cliquer pour un agrandissement

Tentes pour hébergement supplémentaire, teintes aux fins de camouflage, [entre 1916-1918]
Fonds L. Bruce Robertson, F 1374, Archives publiques de l’Ontario, I0050302


Les postes d’évacuation sanitaire étaient les installations situées le plus près du front pour offrir des traitements chirurgicaux. Les patients y étaient soignés jusqu’à ce qu’ils puissent être évacués à l’hôpital général par train ambulance.

Blessés transportés par camion du poste d’évacuation sanitaire au train ambulance, [entre 1914-1918]
Cliquer pour un agrandissement

Blessés transportés par camion du poste d’évacuation sanitaire au train ambulance, [entre 1914-1918]
Fonds L. Bruce Robertson, F 1374, Archives publiques de l’Ontario, I0052164

Dans cette exposition -