Prêts pour le départ – Photos panoramiques de la Première Guerre mondiale

Cliquer pour un agrandissement

Un soldat canadien dit adieu à un homme [v.1918]
Photographe inconnu
Albums du Corps expéditionnaire Canadian
Code de référence :  C 224-0-0-11-23
Archives publiques de l'Ontario, I0004871

Pendant la Première Guerre mondiale, l’armée canadienne était divisée en bataillons de 300 à 1 000 hommes, et en régiments de trois bataillons. À l’époque, il était coutume de prendre des photographies panoramiques de ces unités avant leur départ pour l’Angleterre ou la France.

La collection des Archives publiques renferme de nombreux panoramas militaires. Les trois qui sont illustrés ci-dessous en sont des exemples représentatifs. Cliquez sur les liens pour explorer ces photographies en détail.

Au total, plus de 600 000 Canadiens s’enrôlèrent dans le Corps expéditionnaire canadien. Pour les plus de 60 000 d’entre eux qui périrent, ce panorama fut peut-être leur dernière photo.


Cliquer pour un agrandissement

134th Overseas Battalion, C.E.F., (48th Highlanders), Toronto March 19th, 1916
Panoramic Camera Company
Code de référence :  Pan 109
Archives publiques de l'Ontario, I0030633
Si vous n'avez pas Flash Player, cliquez ici pour voir une image plus grande


Cliquer pour un agrandissemente

"176" Battalion CEF at Niagara, April 1917
Blakemore Studio, Toronto
Code de référence : Pan 129
Archives publiques de l'Ontario, I0030635
Si vous n'avez pas Flash Player, cliquez ici pour voir une image plus grande


Cliquer pour un agrandissement

Canadian Expeditionary Force, Depot Regiment D.P.R., Hamilton, Ontario, Oct. 17, 1917
Code de référence :  Pan 81
Archives publiques de l'Ontario, I0030634
Si vous n'avez pas Flash Player, cliquez ici pour voir une image plus grande

Pour créer ces photographies panoramiques, les soldats se disposaient en arc autour d’un appareil-photo spécial. Pendant l’exposition, l’appareil-photo commençait à une extrémité de l’arc et tournait sur lui-même à une vitesse stable jusqu’à l’autre extrémité. Il importait de choisir un endroit où tous les soldats se trouvaient sous une lumière semblable, avec peu de fortes ombres. Les meilleurs résultats étaient obtenus par temps nuageux ou couvert mais clair. Si vous regardez bien les photos, vous verrez que dans deux d’entre elles, les ombres sur les visages à l’une des extrémités de l’arc sont à droite, alors qu’elles sont à gauche à l’autre extrémité.

Comme bien des panoramas, ceux que vous voyez ci-dessus avaient été enroulés avant d’être ajoutés à la collection des Archives publiques. Afin de mieux les préserver et de les rendre plus accessibles aux chercheurs, les Archives publiques ont entrepris en 2003 un projet visant à les aplanir. Environ 160 photographies ont été placées dans un environnement à humidité contrôlée composé de buvards humides dans un plateau photographique, jusqu’à ce qu’elles deviennent assez souples pour être déroulées. Ensuite, elles ont été placées sous des buvards sur lesquels ont été mis des poids pendant une période de 32 heures pour les sécher et les aplanir complètement. Enfin, les panoramas ont été encapsulés pour assurer un bon soutien, puis déposés sur du carton ondulé pour archives.

L’une des photos ci-dessus fut prise par la Panoramic Camera Company, qui assure la préservation des panoramas de William Thomson Freeland.

Au fil des ans, une foule d’appareils-photo panoramiques furent mis au point. L’un des modèles marquants fut breveté en 1887 par le Canadien John R. Connon.