Sophia Burthen Pooley: Membre de la famille à part entière? - bannière

Sophia Burthen Pooley: Membre de la famille à part entière?

Photographie : femme non identifiée
Cliquer pour un agrandissement (143ko)
Femme non identifiée, [vers 1875]
Fonds Alvin D. McCurdy
Code de référence : F 2076-16-4-5
Archives publiques de l'Ontario, I0028818

Membre de la famille à part entière ? Sophia Pooley était une esclave née à Fishkill, dans l’État de New York, de parents esclaves qui s’appelaient Oliver et Dinah Burthen. À un très jeune âge, Sophia et sa soeur ont été amenées à Niagara, où elles ont été vendues au chef mohawk Joseph Brant. Brant a ramené les deux fillettes noires chez lui, dans la réserve mohawke du Haut-Canada.

Photographie : Joseph Brant, (Thayendanegea) Chief of the Six Nations (Chef des Six-Nations)
Cliquer pour un agrandissement (125ko)
Joseph Brant, (Thayendanegea)
Chief of the Six Nations (Chef des Six-Nations)
Code de référence : S 2076
Archives publiques de l'Ontario, I0013621

Le chef mohawk Jospeh Brant aurait été propriétaire d’une trentaine d’esclaves. Il a acheté Sophia lorsqu’elle avait sept ans et l’a vendue à l’âge de douze ans.

Elle se souvenait d’avoir joué avec les enfants de Brant  . . .

« Quand je vivais avec le vieux Brant, nous attrapions le chevreuil […] Peggy, Mary, Katy, les filles de Brant et moi. Les fils de Brant, Joseph et Jacob, attendaient sur la rive pour tuer le chevreuil, puis nous allions le chercher. […]  »

Elle attribuait la cicatrice au-dessus de son oeil et d’autres blessures à la troisième épouse de Brant, Chatharine, une « créature barbare » qui la battait et la blessait avec un couteau.

Elle se souvenait que Joseph Brant punissait sa femme en disant :

« Tu sais que je l’ai adoptée comme si elle était un membre de la famille, et maintenant, tu essaies de lui faire faire tout le travail. »

Malgré cela, elle a dit :

« À douze ans, Brant m’a vendue à un Anglais d’Ancaster pour cent dollars. Son nom était Samuel Hatt, et j’ai vécu avec lui pendant sept ans […]. »

Le témoignage de Sophia Pooley a été consigné dans cet ouvrage. Elle a réalisé cette entrevue lorsqu’elle avait plus de 90 ans (en 1855) et a fait un survol de sa vie, dont la plus grande partie a été marquée par l’esclavage.

Page titre, Benjamin Drew, A North-Side view of slavery
Cliquer pour un agrandissement (168ko)
Page titre, Benjamin Drew, A North-Side view of slavery.
The Refugee: or the Narratives of the Fugitive Slaves in Canada,
Boston: John P. Jewett, 1856

Les esclaves du Bas-Canada

Lorsque la France a cédé le Québec à la Grande-Bretagne, le droit de posséder des esclaves a été protégé au Bas-Canada :

Les nègres et panis [esclaves autochtones] des deux sexes resteront en leur qualité d’esclaves en la possession des François et Canadiens à qui ils appartiennent; ils pourront les garder à leur service ou les vendre. […]
Article 47 de la capitulation signée à Montréal le 8 septembre 1760

Cette carte indique les frontières du Haut-Canada et les frontières avec les États-Unis.

A New Map of Upper and Lower Canada, 1798
Cliquer pour un agrandissement (353ko)
A New Map of Upper and Lower Canada, 1798
Stockdale Piccadilly
Collection Samuel Peter Jarvis et William Dummer Powell
Code de référence : F 31-B-36-03
Archives publiques de l'Ontario, I0028705

Les Autochtones ont également été utilisés comme esclaves. Lorsque l’esclave Sal de Charles Field s’est échappé, ce dernier a publié un avis dans le Niagara Herald pour avertir les autres de ne pas héberger, employer ou cacher son esclave indien.

Annonce, Niagara Herald, le 28 août 1802
Cliquer pour un agrandissement (245ko)
Annonce, Niagara Herald, le 28 août 1802
Code de référence : N23
Archives publiques de l‘Ontario

In this Exhibit -