Les esclaves africains au Haut-Canada - bannière

Les esclaves africains au Haut-Canada

Nous ne savons pas qui sont ces personnes. Leur photo a été prise durant les années 1870 ou 1880. Les personnes plus âgées étaient peut-être d’anciens esclaves, et les plus jeunes, des descendants d’esclaves.

Les documents et les images de cette exposition proviennent des collections des Archives publiques de l’Ontario et d’autres organismes du patrimoine, tel qu’indiqué.

Les citations de cette exposition sont des traductions françaises de documents qui avaient été rédigés en anglais (sauf l’extrait de la capitulation de Montréal).

Le 14 mars 1793

Queenston, à la frontière américaine William Vrooman, un propriétaire d’esclaves canadien, amène une esclave de force de l’autre côté de la rivière et la vend à un acheteur américain.

Chloe Cooley ne se laisse pas faire sans rien dire. Il faut trois hommes pour l’attacher et la lancer dans un bateau. Une fois arrivée du côté américain, elle hurle et résiste encore. Les hommes l’attachent de nouveau et la remettent à son nouveau propriétaire.

Résistance futile

Photo: Femme non identifiée (détail),  [vers 1875]
Cliquer pour un agrandissement (206ko)
Femme non identifiée (détail), [vers 1875]
Fonds Alvin D. McCurdy
Code de référence : F 2076-16-4-7
Archives publiques de l'Ontario, I0024790

Chloe Cooley n'a aucun droit. Elle est un bien qui peut être acheté et vendu , ou légué à la volonté de son propriétaire. La plupart de la société de XVIIIe siècle tolère l'esclavage comme une condition normale et une nécessité économique ; peu de gens sont prêts à aider les esclaves d'échapper à leur servitude.

Poucettes de torture, vers 1840 -1860, [vers 1840-1850]
Poucettes de torture, vers 1840 –1860, [vers 1840-1850]
Site historique de la case de l’Oncle Tom
© Fiducie du patrimoine ontarien

Un catalyseur de changement

huile sur toile : Colonel John Graves Simcoe [Lieutenant-Gouverneur du Haut-Canada, 1791–1796]
Cliquer pour un agrandissement (104ko)
Colonel John Graves Simcoe [Lieutenant-Gouverneur
du Haut-Canada, 1791–1796]
George Theodore Berthon
huile sur toile, 43 x 33 po, 109,2 x 83,8 cm
Collection d'œuvres d'art du gouvernement de l'Ontario, 694156

Peter Martin, un Noir affranchi, a appelé le témoin William Grisley pour présenter un rapport officiel sur cet incident à John Graves Simcoe, le lieutenant-gouverneur du Haut-Canada. Les deux hommes ont raconté l’incident à la réunion du Conseil exécutif du 21 mars 1793.

Simcoe, un partisan du mouvement antiesclavagiste avant son arrivée au Haut-Canada, a utilisé l’incident de Chloe Cooley comme un catalyseur pour l’adoption d’une loi contre l’esclavage.

Cette plaque, située le long de la promenade Niagara à Niagara-on-the-Lake marque l’endroit où Chloe Cooley fut forcée à traverser la rivière pour être vendue
Cliquer pour un agrandissement (361ko)
Cette plaque, située le long de la promenade Niagara à Niagara-on-the-Lake,
marque l’endroit où Chloe Cooley fut forcée à traverser la rivière pour être vendue.
© Fiducie du patrimoine ontarien

Un incident important

Beaucoup de Canadiennes et de Canadiens ne savent pas que l’esclavage existait ici. Le cas de Chloe Cooley n’est qu’un des nombreux récits documentés au sujet des esclaves et de leurs propriétaires dans le Haut-Canada. Cette exposition vous permettra de découvrir les répercussions de l’esclavage tant sur les esclaves que sur leurs propriétaires.

Fouet, [vers 1850]
Fouet, [vers 1850]
Site historique de la case de l’Oncle Tom ©
Fiducie du patrimoine ontarien

Dans cette exposition -