Préservation des panoramas de William Thomson Freeland : Rèparations - bannière

Tentative d'enlèvement du dos protecteur


Photographie : Enlévement du dos protecteur
Cliquer pour un agrandissement (74ko)

Enlévement du dos protecteur

Au début, nous espérions pouvoir enlever la photographie de son dos métallique, ce qui nous aurait permis de la rouler dans un large tube rembourré et de l'entreposer sur notre site de services au public. Cependant, nous n'avons pu trouver de méthode sécuritaire ou efficace d'enlèvement du dos. Nous avons discontinué la procédure et nous sommes passés aux autres réparations

Photographie : Enlévement du dos protecteur
Enlévement du dos protecteur

Réparation des déchirures et recollage


Les parties décollées des épreuves ont été recollées ou solidifiées sur le support métallique avec un adhésif de résine synthétique. On a renforcé les parties détachées et déchirées au moyen d’un papier mince japonais appliqué avec de la gélatine ou de la pâte d’amidon de blé. 

Réparation du châssis


Photographie : Châssis brisé
Châssis brisé

Le châssis du panorama d’hiver était brisé à deux endroits. Les brisures ont été réparées avec de la colle à bois et des plaques d’assemblage. On a renforcé les fentes structurelles moins graves avec de la colle de poisson.

Une fois le châssis réparé, le substrat métallique y a été fixé le long du bord supérieur gauche, où les clous originaux manquaient. On a décidé d’utiliser des vis, qui s’accrocheraient au bois plus efficacement que des clous de finition.

Réparation des cadres


Les cadres des panoramas sont en bois plein recouvert d’un placage traité avec une teinture sombre et leurs bords décoratifs sont biseautés. Une bordure dorée (arête intérieure) est intégrée à l’oeuvre. Les deux cadres extérieurs étaient structurellement solides et généralement en bon état, à l’exception du détachement partiel du placage sur les bords et de l’apparence terne due à la saleté superficielle. La bordure du cadre du panorama d’hiver était en mauvais état, comportant de longues fentes, et elle avait disparu sur la plus grande partie de deux côtés. Il a fallu la renforcer et la reconstruire pour qu’elle maintienne la photographie en place une fois celle-ci remise dans le cadre. 

Photographie : Une conservatrice répare le cadre d’un panorama
Une conservatrice répare le cadre d’un panorama

Photographie : Une conservatrice répare le cadre d’un panorama
Une conservatrice répare le cadre d’un panorama

Photographie : Une conservatrice fixe des bandes de balsa au cadre d’un panorama.
Une conservatrice fixe des bandes de
balsa au cadre d’un panorama.

La peinture dorée qui s’écaillait sur la bordure a été recollée avec une colle blanche de qualité archivistique. Des colles plus fortes (de poisson et à bois) ont été nécessaires pour réparer les fentes et les brisures de la bordure.

Photographie : Détail de la réparation achevée : le bouche-pores a été appliqué et poncé.
Détail de la réparation achevée : le bouche-pores a été appliqué et poncé.

Déplacement des panoramas


Photographie : Des conservatrices examinent un cadre.
Des conservatrices examinent un cadre.

En raison de notre espace de travail limité, un seul panorama pouvait être traité à la fois. Lorsqu’un panorama était sur les tables que nous avions réunies dans la pièce, l’autre et les deux cadres étaient emballés dans un matériau protecteur et placés contre les murs de la pièce.

Quand il fallait déplacer un panorama, par exemple pour enlever son cadre ou appliquer un traitement à l’autre panorama, la manoeuvre nécessitait plusieurs paires de bras et un plan d’action.

Photographie : Des conservatreurs déplacent un panorama
Des conservateurs déplacent un panorama.

Photographie : Des conservatreurs soulèvent un panorama.
Des conservateurs soulèvent un panorama.