Cumberland et Storm ont exercé leur métier pendant une période de maturation de l’architecture. Pendant la plus grande partie du 19e siècle, on utilisait le titre « architecte » très librement et beaucoup de ces personnes, y compris Cumberland et Storm, combinaient plusieurs activités, comme l’arpentage et l’ingénierie, pour gagner leur pain. Malgré l’absence d’un corps dirigeant, l’architecte commençait à se considérer comme un professionnel.

En-tête de lettre de William Storm, 1889
Cliquer pour un agrandissement (206ko)
En-tête de lettre de William Storm, 1889
Archives du Barreau du Haut-Canada, 25-1-10

L’évolution du dessin a suivi celle de l’architecture et de la profession d’architecte. Lorsqu’on construisait un bâtiment selon une méthode ou un modèle traditionnel, le client, l’architecte et le constructeur n’échangeaient pas d’explications détaillées. En fait, l’architecte n’était pas souvent nécessaire et nombre de décisions touchant la conception et les détails étaient laissées au constructeur ou prises à mesure que la construction avançait. La première aile d’Osgoode Hall, commencée en 1829, a probablement été bâtie de cette façon.

Dessin : Osgoode Hall, section sur la ligne du plan E-F [vers 1856-1859] Dessin : Osgoode Hall, section sur la ligne du plan E-F [vers 1856-1859]
Cliquer pour un agrandissement (163ko)
Osgoode Hall, section sur la ligne du plan E-F [vers 1856-1859]
Cumberland and Storm
Collection J. C. B. et E. C. Horwood
Code de référence : C 11-102-0-13(102)23
Archives publiques de l'Ontario

Les architectes de l’époque victorienne ont fait renaître beaucoup d’anciens styles architecturaux, parfois en les combinant, et ont emprunté à d’autres cultures. La connaissance traditionnelle des constructeurs se trouvait dépassée par cette architecture d’érudits et d’artistes.

Dessin : Détail de patère à l’intersection de nervures de plâtre (plafond du hall central) [vers 1860]
Cliquer pour un agrandissement (72ko)
Détail de patère à l’intersection de nervures de
plâtre (plafond du hall central) [vers 1860]
Cumberland and Storm
Collection J. C. B. et E. C. Horwood
Code de référence : C 11-102-0-5, Dwg. No. 125 (K-54)
Archives publiques de l'Ontario, AO9157

Plus les bâtiments s’éloignaient des conventions, plus les clients et les entrepreneurs avaient besoin de plans et d’instructions détaillées, ce qui a mené à la variété et à la complexité croissantes des dessins. Ceux-ci ont progressivement distingué l’architecte professionnel de l’artisan. John Ewart, « architecte » de la première aile d’Osgoode Hall, était un constructeur et un concepteur de bâtiments doué, mais il ne possédait pas la polyvalence d’hommes comme Cumberland et Storm. Il a finalement décidé de laisser la conception à d’autres pour se consacrer à la construction.

Les dessins d’Osgoode Hall montrent clairement que Cumberland et Storm ne voulaient pas laisser de décisions de conception aux artisans. Les architectes précisaient des détails concernant le plâtre, le taillage des pierres et la menuiserie, ainsi que l’aménagement et les finis intérieurs. Les dessins renvoyaient tout entrepreneur nécessitant plus de renseignements aux architectes.

On sait que pour Osgoode Hall, Cumberland et Storm se sont inspirés de leur formation, de leur expérience (dans le cas de Cumberland, avec Sir Charles Barry, architecte britannique reconnu), de leurs voyages et des travaux publiés d’autres architectes. Leurs bibliothèques étaient bien garnies, mais en 1856, Cumberland a demandé au Barreau de lui prêter son exemplaire en cinq volumes de The Architectural Antiquities of Great Britain (1807) de John Britton, qui comprenait des vues, des élévations, des plans, des sections et des détails de bâtiments anglais. Le Barreau a consenti à prêter les volumes pour aider à la préparation des dessins, mais apparemment, ils ont jamais été rétournés.

L’architecte s’inspire parfois de ses travaux antérieurs. Il y a une ressemblance frappante entre les dessins du Geological Museum de l’Université de Toronto (Cumberland and Storm, vers 1857-1858), l’intérieur proposé de la salle de l’Assemblée législative dans les édifices du Parlement d’Ottawa (non construite, Cumberland and Storm, 1859) et le Convocation Hall d’Osgoode Hall (W. G. Storm, 1882).

Dessin : Perspective intérieure du Geological Museum, Université de Toronto, [vers 1856-1859]
Cliquer pour un agrandissement (111ko)
Perspective intérieure du Geological Museum,
Université de Toronto, [vers 1856-1859]
Cumberland and Storm
Collection J. C. B. et E. C. Horwood
Code de référence : C 11-101-0-5 (107) 2
Archives publiques de l'Ontario, AO4130
Dessin : Résidence du gouverneur général et édifices du Parlement : intérieur proposé de la salle de l’Assemblée législative, 1859
Cliquer pour un agrandissement (94ko)
Résidence du gouverneur général et édifices du
Parlement : intérieur proposé de la salle de
l’Assemblée législative, 1859
Cumberland and Storm
Collection J. C. B. et E. C. Horwood
Dessin
Code de référence : C 11-108-0-3,(124)3
Archives publiques de l'Ontario, I0005442
Photographie : Convocation Hall, Osgoode Hall, vue vers le sud, [vers 1918]
Convocation Hall, Osgoode Hall, vue vers le sud, [vers 1918]
Archives du Barreau du Haut-Canada, P87

Les dessins d’Osgoode Hall sont vraiment impressionnants. Plus important encore, ils ont été préservés ensemble. Les dessins architecturaux sont normalement créés en groupes. Un bâtiment est un objet tridimensionnel, mais le papier a deux dimensions. Des techniques comme la perspective et l’ombrage peuvent donner l’illusion de la profondeur sur papier, mais depuis longtemps, les trois dimensions d’une construction sont représentées séparément par différentes vues : les plans, sections et élévations. Les architectes et les constructeurs ont aussi établi des conventions - un langage commun - pour que l’architecte puisse communiquer ses intentions malgré les limitations du dessin. La collection de dessins d'Osgoode Hall donne aux chercheurs d'aujourd'hui une vue sans précédent de l'évolution de l'édifice.

Dessin : Osgoode Hall, plan de l’étage supérieur, Division 1, dessin 3, 1859
Cliquer pour un agrandissement (80ko)
Osgoode Hall, plan de l’étage supérieur,
Division 1, dessin 3, 1859
Cumberland and Storm
Collection J. C. B. et E. C. Horwood
Code de référence : C 11-102-0-13 (102) 16
Archives publiques de l'Ontario, AO9166
Dessin : Osgoode Hall, section sur la ligne du plan C-D, Division 1, dessin 9, 1859
Cliquer pour un agrandissement (65ko)
Osgoode Hall, section sur la ligne du plan C-D,
Division 1, dessin 9, 1859
Cumberland and Storm
Collection J. C. B. et E. C. Horwood
Code de référence : C 11-102-0-13-22[?]
Archives publiques de l'Ontario

L’architecte produit rarement un dessin sans autre but que le dessin même. Il peut l’utiliser pour montrer au client les mérites de sa conception et le convaincre d’investir son argent dans certains détails architecturaux ou éléments de conception. Le dessin transmet aussi les renseignements techniques que requiert le constructeur pour transformer les idées de l’architecte en édifice.

Drawing: Osgoode Hall; front elevation. Div.2 drawing 18, 1859
Click to see a larger image (237K)
Osgoode Hall; front elevation. Div.2 drawing 18, 1859
Cumberland and Storm Frederic William
Cumberland William G. Storm
Drawing
Reference Code: C 11-102-0-2,(102)36
Archives of Ontario, I0005451
Dessin : Osgoode Hall : élévation avant, division 2, dessin 18, 1859
Cliquer pour un agrandissement (237ko)
Osgoode Hall : élévation avant,
Division 2, dessin 18, 1859
Cumberland and Storm
Collection J. C. B. et E. C. Horwood
Code de référence : C 11-102-0-2,(102)36
Archives publiques de l'Ontario, I0005451

Les dessins d’Osgoode Hall présentent divers niveaux de qualité et de détail, parfois sur la même feuille. Il y a des croquis rapides au crayon où l’architecte essaie un concept, des dessins techniques précisant les mesures et les détails, y compris des instructions de production et d’assemblage, et des dessins de présentation, repassés à l’encre et colorés avec soin, qui portent la signature du cabinet et qui ont servi à éblouir les administrateurs du Barreau. La stratégie a porté fruit : la construction du nouveau Osgoode Hall a commencé en 1856.

Dessin : Osgoode Hall : croquis au crayon d’un foyer et d’une horloge [vers 1860]
Cliquer pour un agrandissement (61ko)
Osgoode Hall : croquis au crayon d’un foyer
et d’une horloge [vers 1860]
Cumberland and Storm
Collection J. C. B. et E. C. Horwood
Code de référence : C 11-102
Archives publiques de l'Ontario, AO9161
Photographie : Foyer de la Grande bibliothèque, Osgoode Hall, [vers 1940]
Foyer de la Grande bibliothèque, Osgoode Hall, [vers 1940]
TArchives du Barreau du Haut-Canada, P924
Drawing: Perspective of Library, Osgoode Hall, looking east, [ca. 1855-1856]
Perspective de la bibliothèque, Osgoode Hall,
vue vers l’est [vers 1855-vers 1856]
Cumberland and Storm
Collection J. C. B. et E. C. Horwood
Code de référence : C 11-102-0-6(747)1
Archives publiques de l'Ontario, AO3694
Dessin : Perspective de la bibliothèque, Osgoode Hall, vue vers l’est [vers 1855-vers 1856]
Grande bibliothèque, Osgoode Hall,
vue vers l’est [entre 1880 et 1900]
Archives du Barreau du Haut-Canada, P1136
Photographie : Grande bibliothèque, Osgoode Hall, vue vers l’est [entre 1880 et 1900]
Dôme, Grande bibliothèque, Osgoode Hall, 2000
Photographie de Claude Noel
Archives du Barreau du Haut-Canada, 2005012-03P