Government of Ontario

Ontario.ca     |    


Ministère des
Services gouvernementaux et des Services aux consommateurs




Un document en évolution

Le peuple Omushkegowuk et autres signataires autochtones perçoivent le document écrit du Traité de la baie James comme une partie de l’accord. Il est donc sacré pour leurs collectivités. Compte tenu de cette importance, les Archives publiques de l'Ontario ont répondu avec joie aux demandes visant à exposer l’exemplaire original du document de leurs collections à l’occasion d’événements publics sur le territoire couvert par le traité.

« Ce sont des documents historiques très importants que nous avons ici. En ayant le Traité en main, nous sommes en mesure d’honorer et de respect ce que nos ancêtres ont voulu faire en signant le Traité, c’est-à-dire ce qu’était leur vision, leur rêve et leur espoir pour l’avenir. Je crois que c’est assez exceptionnel. (...) C’est un moment unique pour moi aussi, en tant que petit-fils de l’un des signataires du Traité. Le fait que mon grand-père, mon propre sang, Andrew Wesley, a apposé sa marque pour signifier son accord à ce qu’il avait entendu des commissaires. Nos ancêtres ont fait tout ça pour nous. »

-Dr Stan Louttit, durant l’exposition de la copie détenue par les Archives publiques de l'Ontario du document écrit à la Conférence sur le Traité de la baie James – Traité no 9, Première Nation crie de la Moose, août 2013


L’exposition du document écrit nécessite l’expertise des services de préservation des Archives. Le document est fait de parchemin (peau d’animal, habituellement de veau, de mouton ou de chèvre), un matériel réactif qui veut aspirer l’humidité de l’air. Les variations d’humidité peuvent provoquer l’expansion et la contraction, l’ondulation, la perte de média (c.-à-d., l’écriture) et d’autres problèmes. Un milieu ambiant stable est essentiel pour assurer la longévité du document.

C’est pourquoi les Archives publiques de l'Ontario prennent soin de préparer les pages du traité pour l’expédition, la manutention et l’exposition. Les Archives utilisent une méthode de montage qui contrôle les variations d’humidité à l’intérieur des cadres d’exposition. De minces bandes de papier Japon sont collées sur le parchemin et le carton de conservation, permettant ainsi au parchemin de prendre de l’expansion et de se contracter naturellement, ce qui évite de lui causer des dommages. En outre, la silice contrôle la présence d’un excès ou d’un manque d’humidité. Le document voyage dans trois caisses mobiles faites sur mesure, et des enregistreurs de données contrôlent constamment l’humidité et la température.

Diaporama: Traitements de préservation

Cliquez ici pour en savoir plus sur les traitements de préservation nécessaires pour exposer le document écrit du traité. 

L’exemplaire du document écrit que possèdent les Archives a été exposé aux événements suivants :


iyopin Cheechoo, regardant la première page du document écrit du traité au Rassemblement national
Cliquez pour un agrandissement

Miyopin Cheechoo, regardant la première page du document écrit du traité au Rassemblement national des traités 1 à 11 chez la Première Nation Taykwa Tagamou, août 2017
Avec la permission de Christina Nielsen

Written treaty pages on display at Kishay Pisim Mamawihitowin
Cliquez pour un agrandissement

Pages du traité écrit exposées au Kishay Pisim Mamawihitowin - Great Moon Gathering, Collège Northern, Timmins, février 2019

Existe-t-il un document ou un bien patrimonial particulièrement cher à vos yeux et pour votre collectivité? Quelles mesures prenez-vous pour assurer sa viabilité pour les générations futures?

Existe-t-il un document ou un bien patrimonial particulièrement

Image du bandeau reproduite avec la permission de Christina Nielsen.


Partagez cette page
Partagez-le sur Twitter Partagez-le sur Facebook Partagez-le sur Pinterest Partagez-le sur Tumblr

Dans cette exposition -