Daniel et Donna Hill ont élevé trois enfants : Daniel (ou Dan), né en 1954 à Toronto, Lawrence (ou Larry), né en 1957 à Newmarket et Karen, née en 1958 à Newmarket.

En 1956, Daniel et Donna s’installent à Newmarket et achète leur première maison, un petit bungalow où ils sont demeurés jusqu’en 1962. À ce moment-là, alors que les enfants étaient encore assez jeunes, ils se sont installés à Don Mills, où Donna habite encore dans la maison familiale.

Photographie : Daniel G. Hill à la maison avec sa famille, [vers 1958]
Cliquer pour un agrandissement (237ko)
Daniel G. Hill à la maison avec sa famille, [vers 1958]
Fonds Daniel G. Hill
Code de référence : F 2130-9-2-11
Archives publiques de l'Ontario, I0027965

Don Mills est présentement une banlieue multiraciale de Toronto, mais au début des années 1960, presque tous les habitants étaient blancs. Élever une famille mixte à Don Mills fut tout un changement pour Daniel et Donna qui étaient habitués de vivre dans un environnement très tendu du point de vue racial aux États-Unis.

Bien que tous les cousins de leurs enfants, du côté de Daniel, étaient considérés Noirs aux États-Unis – en fait certains n’avaient d’autres choix que de fréquenter des écoles destinées aux Noirs seulement, Dan, Larry et Karen ont grandi dans une certaine ambiguïté. À certains moments, d’autres enfants à l’école ou dans les rues de Don Mills rappelaient avec rudesse aux enfants de la famille Hill leur descendance noire. À d’autres moments, leurs pairs n’arrivaient pas à croire que les jeunes enfants des Hill avaient des ancêtres noirs. Il fallut quelque temps à Dan, à Larry et à Karen pour se sentir à l’aise et confiants quant à leur descendance noire et à leur identité mixte. Ils ont plus tard tous développé un intérêt pour la littérature et l’expression créative comme moyen de comprendre le monde et d’y trouver leur place.

Daniel Hill III a souvent répété anxieusement à ses enfants de devenir docteurs, avocats ou ingénieurs, mais ses incitations ont été vaines. Chacun de ses enfants s’intéressait principalement aux arts et c’est par les arts que les enfants ont montré publiquement à quel point ils aimaient leurs parents.

Dan Hill et sa chanson McCarthy’s Day

L’aîné de leurs enfants, Daniel Hill IV, a quitté l’école à l’âge de dix-sept ans pour devenir auteur-compositeur interprète et a vendu des millions de disques partout dans le monde. Lawrence est devenu romancier et journaliste et Karen a écrit beaucoup de poèmes et d’histoires. Chacun des trois enfants, maintenant adultes avec des enfants presque adultes, continue d’écrire des hommages à leur père, à leur mère ou aux deux.

Une des premières chanson de Dan Hill, McCarthy’s Day, se voulait un hommage au mariage mixte que ses parents avaient bâti. Dan a écrit la chanson en 1973, lorsqu’il avait dix neuf ans. McCarthy’s Day était sur le troisième album de Dan, Longer Fuse, en 1977. Le titre McCarthy’s Day fait référence à Joseph McCarthy, un sénateur républicain américain qui, dans les années 1950, avait mené des enquêtes vigoureuses et dommageables contre des Américains qu’on croyait communistes ou sympathisants des communistes. Aux yeux de Daniel Hill III et de Donna Bender Hill, McCarthy représentait la pire intolérance et la pire démagogie américaine. McCarthy a mené ses enquêtes anti-communistes les plus actives entre 1950 et 1954, la période pendant laquelle Daniel Hill III et Donna Bender s’étaient rencontrés et s’étaient.

McCarthy's Day par Dan Hill




This is just a song to say That i'm proud for what they are And i hope my world can take me Half that far

Way back in mccarthy's day My parents left the usa Young rebellious lovers They left behind a nation far too proud And powerful to say That love transcends all colors Some black men turned against my father Some white men turned against my mother Each race has their place they all would say

And with a past so battle worn And a future begging to be born They found a life that's growing still today

And glancing thru the years And living thru their fears I hope they can accept my goals A bit confused, a bit unclear

Cliquez ici pour entendre la chanson McCarthy’s Day en format aif ou en format wav.


And all the years behind me now Seem like a book i've read and yet somehow I still don't understand all the words All the black and all the white That rest in me that make me fight Remind me of all the knowledge left to learn Still some black men turned against my father Some white men turned against my mother Each race has their place they all would say With a past so battle worn And a future begging to be born They found a life that's growing still today

And glancing thru the years And living thru their fears I hope they can accept my goals A bit confused, a bit unclear

This is just a song to say that i'm proud for what they are And i hope my world can take me half that far




“McCarthy’s Day”, composée et chanté par Dan Hill IV, ® 1976
McCauley Music Ltd.
Reproduit ici avec la permission de McCauley Music Company.
Lawrence Hill et Black Berry, Sweet Juice

Lawrence Hill est devenu romancier, il écrit de la littérature non romanesque et est également journaliste. Il a souvent parlé de ses parents dans ses écrits publiés. Dans son mémoire intitulé Black Berry, Sweet Juice: On Being Black and White in Canada (HarperCollins Canada, 2001), Lawrence Hill raconte comment ses parents se sont rencontrés et se sont mariés et il aborde les valeurs sociales prédominantes de l’époque.

Aux États Unis, il n’y a jamais eu aucun doute que mon père était d’abord et avant tout un homme noir, ni que ma mère était une femme blanche. Et il va de soi que, si mon frère, ma sœur et moi-même avions été élevés aux États-Unis, dans les écoles, dans la rue, dans les centres communautaires et parmi nos amis, nous aurions été identifiés comme des personnes de race noire.

Toutefois, mes parents avaient lancé à leurs enfants qui n’étaient pas encore nés une balle courbe. Ils sont venus à Toronto immédiatement après leur mariage, ils nous ont eus et nous sommes tous restés ici. Ils avaient connu assez de divisions raciales dans leur pays d’origine. Bien qu’ils aient passé leur vie au premier rang du mouvement canadien pour les droits de la personne, ils étaient également heureux et soulagés de s’installer dans une banlieue blanche de la classe moyenne de Toronto où la couleur se fondait (la plupart du temps) à l’environnement.


Traduction d’un extrait de la page 4,
Black Berry, Sweet Juice: On Being Black and
White in Canada”, par Lawrence Hill,
(HarperCollins Canada, 2001)

La jaquette du livre Black Berry, Sweet Juice: On Being Black and White in Canada
La jaquette du livre “Black Berry, Sweet Juice:
On Being Black and White in Canada”,
par Lawrence Hill,
Publié par HarperCollins Canada Ltd., 2001
Gracieuseté de Lawrence Hill

Cliquez ici pour consulter le chapitre intitulé
‘I Wouldn’t Have to Educate Her’ de l’œuvre
Black Berry, Sweet Juice: On Being
Black and White in Canada.

Karen Hill et son propre hommage poétique

Karen Hill a écrit beaucoup d’histoires et de poèmes, et dans certains de ces ouvrages, elle rend un hommage créatif à Daniel Hill III. Après le décès de Daniel Hill en 2003, Karen Hill a écrit A Breath of You et l’a lu à haute voix pendant le service commémoratif de son père où plus d’un millier de personnes qui aimaient Daniel Hill étaient venus lui rendre hommage à la Metropolitan United Church à Toronto.

A Breath of You

A spider’s web stretches lazily Across the freckled, orange lily Capturing the cloud-split rays Of an evanescent afternoon sun

My heart beating I step into my garden Searching For a breath of you

My nervous, naked hands Begin to steady As they knead and ply The unstinting earth

I glance up to admire The cat’s stealth as it Tiptoes, like I no longer can, Around the pale pink rose Planted just for you

Its flushed petals Long to unfurl and Sing up to the skies Like the roses in your garden I tended long ago


I always hated pink But it is a gentle colour Among vivacious yellows Flamboyant purples And cheeky blues

Our brightly-painted dreams Defy death’s empty palette Wash into the musty loam and Surrender to a carpet of Life both young and old

It is down here At the earth’s edge That we can breathe Once more

It is down here That you and I Touch and greet the Soothing summer rain


copyright 2003 par Karen Hill



“A Breath of You” poem, par Karen Hill, 2003
Utilisé avec la permission de Karen Hill et gracieuseté de Lawrence Hill Hill

Cette photo a été prise en 1967 à Washington D.C. C’était le 50e anniversaire de mariage de Daniel Hill II et de May Edwards Hill. Daniel G. Hill III est debout au milieu de la rangée arrière, il porte des lunettes et une veste de couleur pâle. Sa conjointe, Donna Hill est immédiatement à sa droite. Ses parents, Daniel Hill II et May Edwards Hill, le couple âgé, sont assis juste à côté des enfants sur la pelouse. Daniel Hill IV est placé immédiatement à la droite de Donna Hill, dans la rangée arrière. Lawrence Hill est assis sur la pelouse, le troisième à partir de la droite. Karen Hill est assise sur la pelouse tout à fait à la gauche.

Photographie : Daniel G. Hill Jr. et May Edwards Hill 50tieme anniversaire de mariage, 1967
Cliquer pour un agrandissement (370ko)
Daniel G. Hill Jr. et May Edwards Hill 50tieme anniversaire de mariage, 1967
Fonds Daniel G. Hill
Code de référence : F 2130-9-2-6.1
Archives publiques de l'Ontario, I0027967