Daniel Grafton Hill III 1923-2003

Daniel Grafton Hill III est né à Independence, au Missouri, mais il a surtout grandi au Colorado, en Orégon et en Californie. Il était le fils de Daniel Grafton Hill II, un ministre du culte de l’African Methodist Episcopal Church, et de May Edwards Hill, travailleuse sociale et femme d’intérieur.

Photographie : Daniel G. Hill et ses trois sœurs; de gauche à droite: Margaret, Doris et Jeanne, [vers 1937-1939]
Cliquer pour un agrandissement (100ko)
Daniel G. Hill et ses trois sœurs; de gauche à droite:
Margaret, Doris et Jeanne, [vers 1937-1939]
Fonds Daniel G. Hill
Code de référence : F 2130-9-2-6.2
Archives publiques de l'Ontario, I0027949

Après avoir grandi aux États Unis, avoir reçu son diplôme de l’université Howard et servi dans l’armée américaine où il y avait beaucoup de ségrégation pendant la Seconde guerre mondiale, Daniel Hill a décidé de quitter son pays natal pour venir au Canada.

En 1950, il a entrepris des études à l’Université de Toronto. Après avoir obtenu son doctorat en sociologie, Daniel Hill est devenu un pionnier dans le domaine des droits de la personne au Canada ainsi qu’un écrivain et un historien de renom en ce qui concerne l’histoire des Noirs au Canada.

Dans la prochaine section, nous présentons l’aspect familial de la vie personnelle de Daniel Hill. Voici les réalisations qui lui ont valu une renommée dans la société canadienne.











Étapes de sa carrière
Couverture: Negros in Toronto: A Sociological Study of a Minority Group
Couverture de PhD Thesis by Daniel G. Hill,
“Negroes in Toronto: A Sociological Study of a
Minority Group”, septembre 1960
Gracieuseté de Lawrence Hill
  • En 1960, il termine sa dissertation innovatrice intitulée Negroes in Toronto: A Sociological Study of a Minority Group et l’a présente comme thèse de doctorat à l’Université de Toronto.
  • En 1962, peu après avoir obtenu son doctorat de la faculté de travail social de l’Université de Toronto, Daniel Hill est nommé premier directeur de la Commission ontarienne des droits de la personne. C’était le premier organisme du genre au Canada, et sous la direction de M. Hill, il est devenu l’une des plus importantes organisations publiques de l’Ontario. Toutefois, au moment de sa formation en 1962, il ne s’agissait que d’un petit organisme de quelques employés seulement situé sur la rue York.

  • En 1971, M. Hill est nommé président de la Commission ontarienne des droits de la personne.

  • En 1973, M. Hill remet sa démission afin d’ouvrir une entreprise privée. Il établit une société appelée Daniel G. Hill & Associates. Il s’agissait d’une petite entreprise qu’il menait à partir de son domicile à Don Mills, et ses associés étaient sa femme, Donna Hill et, pour environ un an, son fils, Lawrence Hill. Cependant Daniel G. Hill & Associates est devenu la première société d’experts-conseils en matière de droits de la personne au Canada et conseillaient de nombreux clients, notamment le gouvernement de l’Ontario, la cité de Toronto, le Toronto Star, la Commission des droits de la personne de la Nouvelle Écosse et le gouvernement des Bermudes.

  • En 1978, lui, sa conjointe Donna Hill et quelques proches amis fondent la Ontario Black History Society - la première organisation de ce genre au pays.
Couverture:
Couverture de “The Freedom-Seekers:
Blacks In Early Canada”, par Daniel G. Hill, 1981
Code de référence : 301.45196071 H54
Archives publiques de l'Ontario Library
Ré-imprimé avec la permission de Nelson une division
de Thomson Learning: www.thomsonrights.com.( Site disponible en anglais seulement)

  • En 1978, le procureur général de l’Ontario nomme Daniel Hill à la direction d’une importante étude sur les pratiques dans les cultes religieux, les sectes et les groupes de développement spirituel. Son rapport a été présenté en 1980.

  • En 1981, il publie son plus important ouvrage, The Freedom Seekers: Blacks in Early Canada (En quête de liberté : les Noirs au début de la colonisation au Canada) Bien que d’autres érudits aient déjà écrit sur l’histoire des Noirs au Canada, Daniel Hill était la première personne au pays à écrire une histoire populaire sur le sujet. Le livre fut accueilli chaleureusement par beaucoup de lecteurs et fut publié pendant 21 ans jusqu’à ce que sa dernière maison de publication, Stoddart Publishing Company, fasse faillite en 2002. Malheureusement, The Freedom Seekers (En quête de liberté) a disparu avec son éditeur, mais on peut toujours le trouver dans les bibliothèques canadiennes.

  • En 1984, Daniel Hill est nommé ombudsman de l’Ontario. Il a occupé ce poste jusqu’au moment de sa retraite en 1989, à l’âge de 65.

En 1966, à l’âge de 43 ans, Daniel Hill commence à souffrir du diabète. Il n’a admis cette maladie qu’après sa retraite. Au cours des années 1990, la maladie est devenue de plus en plus débilitante et il est décédé de complications causées par cette maladie en 2003. .

Dan G. Hill III Audio Clip:

Pour écouter un extrait d’une entrevue par Tom Felton de la station CJRT en format wav (612 ko), . cliquez ici. L’extrait est également disponible en "format aif (612 ko)..

« Une des raisons pour laquelle nous avons fondé La Ontario Black History Society est que les enffants noirs des îles, des États-Unis, d’Afrique, se sont fait dire qu’ils n’ont pas de patrimoine ici. Ils vont s’y reconnaître (dans l’exposition) parce qu’ils vont savoir que leurs ancêtres venus d’Afrique au Canada ou aux États-Unis ont certainement contribute à la collectivité et au développement de ce pays. »


Voix de Daniel G. Hill, interviewé par Tom Felton
« On The Art », CJRT, 30 janvier 1981
Fonds Daniel G. Hill
Code de référence : F 2130-11-0-14
Archives publiques de l'Ontario

Environ six ans avant la naissance de Daniel G. Hill III, son père et d’autres hommes noirs ont reçu un appel de leurs pairs à « honorer la race », de prouver qu’ils étaient de dignes citoyens américains et de préparer la voie pour que les Noirs aient une place équitable au sein de la société américaine en s’enrôlant dans un camp militaire à Fort Des Moines, en Iowa, où 1 250 Américains de race noire devaient être formés afin de devenir officiers et de servir dans les Forces américaines pendant la Première guerre mondiale. Daniel Hill II, le père de Daniel Hill III, s’est enrôlé dans ce camp et est devenu officier pendant la guerre, servant comme sous lieutenant au sein de la 368e division d’infanterie dans les tranchées de France.

Photographie: Officiers noirs au camp de Des Moines, Iowa, [vers 1917-1918]
Cliquer pour un agrandissement (90ko)
Officiers noirs au camp de
Des Moines, Iowa, [vers 1917-1918]
Fonds Daniel G. Hill
Code de référence : F 2130-9-2-18
Archives publiques de l'Ontario, I0027970
Cette appel était importante parce qu’elle a permis aux Noirs américains de montrer leur profond désir de prouver leur égalité et d’obtenir un traitement égal, tant à la guerre que dans la société en général. On peut voir qu’en grande partie, Daniel Hill III avait hérité sa philosophie de ses parents et de la société noire de la classe moyenne aux États Unis. Il croyait qu’il avait une obligation morale de prouver sa valeur et d’avoir une place équitable dans la société en devenant instruit et prospère dans le monde du travail et en servant honorablement son pays en temps de guerre.

Pour en savoir plus au sujet de l’entraînement à Des Moines, cliquez ici