La guerre de 1812 : Le théâtre - bannière

Table des matières


Les causes de la guerre

Lettre Les États-Unis déclarèrent la guerre à la Grande-Bretagne le 18 juin 1812, en contrecoup d’événements qui se déroulaient bien loin du Haut-Canada. Les réalités géographiques en feront pourtant le principal champ de bataille. Le conflit prolongé qui dressa la Grande-Bretagne contre la France à partir de la révolution française et pendant tout le règne de Napoléon a, dans une grande mesure, été une guerre économique. La Grande-Bretagne et la France tentaient d’entraver le commerce avec les pays neutres, les États-Unis notamment, commerce qu’on croyait à l’avantage de l’ennemi.

La Grande-Bretagne émit des décrets interdisant le commerce passant par des ports européens sous domination française, tandis que la France promulguait les Décrets de Milan, qui interdisaient tout commerce avec la Grande-Bretagne.

Un litige de longue date couvait entre les belligérants, la Grande-Bretagne ayant pour politique d’arraisonner les vaisseaux américains pour capturer les matelots soupçonnés d’avoir déserté la Royal Navy. De plus, la décennie précédant 1812 avait été témoin de plusieurs incidents navals qui avaient amené les deux pays au bord de la guerre.

Huile sur toile : Death of General Brock, 1960

Cliquer pour un agrandissement (212ko)
Death of General Brock, 1960
Roy Greenaway (1891-1972)
huile sur toile
Collection d'œuvres d'art du
gouvernement de l'Ontario, 623021

Mais plusieurs facteurs plus immédiats contribuèrent aussi à la déclaration des hostilités :

  • La poussée américaine dans le nord-ouest des débuts (l’Ohio, le Michigan et l’Illinois d’aujourd’hui) avait fréquemment violé les traités conclu avec les Premières Nations, ce qui entretenait un conflit permanent.
  • Les États-Unis prétendaient que les agents indiens des postes britanniques de la région des lacs Huron et Supérieur faisaient monter la résistance et fournissaient les moyens de la soutenir.
  • Pour de nombreux hommes politiques américains, la guerre avec la Grande-Bretagne était l’occasion d’une expansion vers le nord par la conquête du Haut-Canada.

La déclaration de guerre par les Américains en juin 1812 était l’aboutissement d'une longue période de doléances à l’égard de la Grande-Bretagne, sans avoir été déclenchée par une cause en particulier.


Les protagonistes

Lettre Les ressources dont disposaient les deux parties en présence étaient tout à fait inégales. La Grande-Bretagne jouissait d’une supériorité navale écrasante, mais, pendant la première année du conflit, une grande partie de cette force était concentrée sur le blocus des ports européens, dans le cadre de la guerre contre Napoléon.

Pour répondre aux besoins en matière de garnison et de défense du territoire qui s’étendait depuis Halifax à Fort St. Joseph sur le lac Huron, on disposait, en tout et pour tout, de 6 000 soldats réguliers, dont environ 1 500 étaient affectés au Haut-Canada. La population haut-canadienne comptait au plus 100 000 habitants, alors que l’entier de l’Amérique du Nord britannique en présentant peut-être 500 000.

Les officiers et soldats réguliers de l’armée britannique en poste dans les Canadas étaient des militaires de profession, qui avaient une certaine expérience du combat, ce qui leur a procuré l’avantage au cours des premiers mois de la guerre. Les miliciens étaient en principe nombreux, mais mal équipés et sommairement formés.

Le major-général Isaac Brock assumait le commandement du Haut-Canada depuis près de 10 ans au début de la guerre.

Blockhouse and Battery in Old Fort, Toronto, 1812, [vers 1921]

Cliquer pour un agrandissement (79ko)
Blockhouse and Battery in Old Fort,
Toronto, 1812, [vers 1921]
C. W. Jefferys
dessin, plume et encre sur papier
Collection d'œuvres d'art du
gouvernement de l'Ontario, 621228

[Brock], [vers 1800]

[Brock], [vers 1800]
Graveur inconnu
Collection de gravures de la bilibothèque de
l'Assemblée législative de l'Ontario
gravure
Code de référence : RG 49-33-0-0-16
Archives publiques de l'Ontario, I0009119

La population haut-canadienne se composait de loyalistes et d’arrivants de plus fraîche date des États-Unis, dont l’allégeance envers l’empire britannique était limitée. Certains des problèmes politiques qui allaient aboutir à la rébellion de 1837 alimentaient déjà l’agitation dans la province et la méfiance à l’égard du gouvernement. Tout le matériel et les fournitures militaires devaient être importés de Grande-Bretagne.

L’économie du Haut-Canada était agricole et suffisait difficilement à produire les surplus nécessaires pour nourrir la population grossie d’une importante présence militaire.

Carte : Le théâtre


Lettre L’armée et la marine des États-Unis étaient de petite taille, alors que sa population dépassait les quatre millions d’habitants et que sa base industrielle était relativement développée. Il se trouvait, relativement près de la frontière, des fonderies capables de produire des armes légères et des pièces d’artillerie.

Au début de la guerre, la plupart des officiers supérieurs de l’armée américaine étaient des anciens combattants de la guerre d’indépendance, qui avait eu lieu 30 années plus tôt; de ce nombre étaient les généraux Hull et Dearborn. Il a fallu du temps pour voir des officiers plus jeunes et plus dynamiques accéder à des postes de commandement, et plusieurs années ont dû s’écouler avant que les soldats et officiers américains atteignent le niveau de professionnalisme de leurs homologues britanniques.

Pendant le conflit, les États-Unis durent également affronter les soulèvements des Premières Nations dans les territoires qui s’étendaient de la Floride jusqu’aux lacs Huron et Supérieur. Les besoins de la défense à cet égard absorbaient un grand nombre de miliciens et de soldats des troupes fédérales, ce qui affaiblissait la force qui pouvait être opposée à celle du Haut-Canada.

Gravure : Ki-On-Twog-Ky or Corn Plant. A Seneca Chief, 1836

Cliquer pour un agrandissement (104ko)
Ki-On-Twog-Ky or Corn Plant. A Seneca Chief, 1836
F.W. Greenough, Philadelphie
Gravure
Code de référence : RG 2-344-0-0-13
Archives publiques de l'Ontario, I0009149


Page d'acceuil | Suivante
Le théâtre | Les champs de bataille | La vie des civils et des miliciens
Les prisonniers de guerre | Loyauté et trahison | La fin de la guerre | Après la guerre
Chronologie de la guerre | La vie de soldat au Canada | Personnages importants
Lieux importants | Glossaire | Sources | Liens | La préparation d'une exposition virtuelle