Travels with Elizabeth Simcoe: A Visual Journey Through Upper and Lower Canada - Page Banner

La dernière année


Les Simcoe passèrent encore une année dans le Haut-Canada, qu'Elizabeth consacra à la peinture et à son journal.

En novembre 1795, la famille se rendit à York, à bord de la goélette « Governor Simcoe » pour une visite prolongée. Ils y passèrent l'hiver, retournant à Niagara en avril pour ouvrir la législature. Pourtant, ce fut une brève visite. La prorogation de l'Assemblée ayant été décidée le 3 juin, la famille Simcoe quitta à nouveau Niagara quatre jours plus tard pour un voyage de plaisance vers York. Le colonel Simcoe voulait remplir sa promesse de montrer à Elizabeth l'extrémité ouest du lac Ontario.

« J'ai envoyé les enfants et les servantes vers la « tête du lac » en canoë. Mme Green nous a servi de guide, nous conduisant à dos de cheval à travers la montagne. M. Green avait récemment, à la demande du gouverneur, préparé une route à travers le bois, pour me permettre de monter. Le gouverneur pense qu'il serait très bénéfique pour le pays d'ouvrir une route au sommet de la montagne (où la terre est assez sèche), de Niagara à la « tête du lac », pour éviter d'avoir à suivre un horrible chemin, coupant des marais et entrecoupé d'arbres abattus, etc.… »

- 10 juin 1796



Dessin : View from Mrs. Simcoe's road heading up to the lake,  juin 1796 (détail)
Cliquer pour un agrandissement (175ko)

View from Mrs. Simcoe's road heading up to the lake,
10 juin 1796 (détail)
Elizabeth Simcoe, (1766-1850)
Dessin à la plume sur papier
Code de référence : F 47-11-1-0-188
Archives publiques de l'Ontario, I0007040

Plus à l'ouest de cette terrasse, nous avons aperçu Coote's Paradise, ainsi surnommé par le capitaine Coote [du 8e régiment de fantassins], qui passait le plus clair de son temps à chasser le canard dans les marais au-dessous de la colline où nous nous trouvons. Il est rempli de volaille sauvage et de tortues; de là, il ressemble davantage à une rivière ou un lac qu'à un marais … J'ai tellement aimé cet endroit que le gouverneur est resté manger chez Beasley. Un fort vent d'est nous a empêché de reprendre le bateau pour rentrer et nous sommes repartis tard. À notre retour, nous avons trouvé un saumon et une tortue habillés pour notre dîner.

- 11 juin 1796



Dessin : Cootes paradise from hill, 11 juin 1796 (détail)
Cliquer pour un agrandissement (153ko)

Cootes paradise from hill, 11 juin 1796 (détail)
Elizabeth Simcoe, (1766-1850)
Dessin à la plume sur papier
Code de référence : F 47-11-1-0-214
Archives publiques de l'Ontario, I0007066

« On dit que cette partie de la montagne est infestée de serpents à sonnette, et je ne sais pas pourquoi je n'en ai pas vus dans ces endroits non fréquentés. J'ai ramassé un grand nombre de plantes. Green leur a donné des noms à toutes et je me suis arrêté à sa maison pour les écrire. Le ginseng, une racine à propriété tonique que les marchands me disent envoyer en Angleterre, et certaines années, il s'est vendu à une guinée la livre; la salsepareille; la vigne phtisique, une jolie plante rampante. La fille de Green a été guérie de la phtisie en buvant du thé de cette plante. »

- 12 juin 1796

« Ici, Walbekanine et un certain nombre d'hommes de sa tribu, qui campent à un mille, s'étaient réunis pour complimenter le gouverneur; puis ils tirèrent des coups de feu en face de nos chevaux, ce qui est leur marque habituelle de respect, mais j'ai eu très peur, et mon cheval aussi; il a sursauté et j'ai crié, mais mon cri s'est perdu dans le brouhaha des Indiens. Ils nous ont donné la tortue de terre la plus grande que j'ai jamais vue. »

- - 11 juin 1796



Dessin : Head of the Lake [Ontario], 11 juin 1796 (détail)
Cliquer pour un agrandissement (157ko)

Head of the Lake [Ontario], 11 juin 1796 (détail)
Elizabeth Simcoe, (1766-1850)
Dessin à la plume sur papier
Code de référence : F 47-11-1-0-221
Archives publiques de l'Ontario, I0007073