Travels with Elizabeth Simcoe: A Visual Journey Through Upper and Lower Canada - Page Banner

Navy Hall et Niagara Falls


Navy Hall

Lavis sur papier : Navy Hall, the part is the canvas house b) The fort at Niagara c) A large arbour in the HiIl d) Toronto Shore, [vers 1793] (détail)
Cliquer pour un agrandissement (122ko)

Navy Hall, the part is the canvas house b) The fort at Niagara
c) A large arbour in the HiIl d) Toronto Shore, [vers 1793] (détail)
Elizabeth Simcoe, (1766-1850)
Lavis sur papier
Code de référence : F 47-11-1-0-99
Archives publiques de l'Ontario, I0006951

Les Simcoe débarquèrent à Navy Hall, à Newark (Niagara-on-the-Lake) le 26 juillet 1792.

Navy Hall, au sein d'un groupe de bâtiments construits au bord de la rivière Niagara, était utilisé par les commandants britanniques qui se rendaient vers le lac Ontario.

Il servait à approvisionner les bâtiments militaires qui naviguaient vers la partie occidentale du lac.

La première législature s'est tenue à Navy Hall le 17 septembre 1792.

« Navy Hall est une maison construite par les commandants navals près du lac pour les recevoir lorsqu'ils séjournent dans la région; le bâtiment est maintenant en rénovation en vue de notre venue, mais les travaux ne sont pas encore terminés, trois pavillons devant être construits pour nous sur la colline surplombant la maison, dont le sol est très sec et magnifiquement recouvert de chênes…. »

- 26 juillet 1792

Lavis sur papier : From the Camps on the heights above Queenstown, 9 juillet 1793 (détail)
Cliquer pour un agrandissement (177ko)

From the Camps on the heights
above Queenstown, 9 juillet 1793 (détail)
Elizabeth Simcoe, (1766-1850)
Lavis sur papier
Code de référence : F 47-11-1-0-90
Archives publiques de l'Ontario, I0006942

Les chutes

Le mercredi 25 juillet 1792, Elizabeth vit pour la première fois les embruns provenant des chutes du Niagara.

« Une belle journée froide accompagnée d'un vent de face. J'ai vu les embruns des chutes du Niagara s'élever comme un nuage, à une distance de 40 milles. »

- 25 juillet 1792



« ...on dit que la chute atteint 170 pieds de haut, la rivière se ruant en avant avec rapidité sur une pente pendant trois milles, et ces rapides sont très beaux à voir; la chute elle-même est la plus merveilleuse vue imaginable d'eau et la forme circulaire de la grande chute, le centre de la chute… ressemble souvent à un arc-en-ciel. »

- 30 juillet 1792

Lavis sur papier : Chippiwa - The spray of Niagara Falls, [vers 1795] (détail)
Cliquer pour un agrandissement (141ko)

Chippiwa - The spray of Niagara Falls, [vers 1795] (détail)
Elizabeth Simcoe, (1766-1850)
Lavis sur papier
Code de référence : F 47-11-1-0-165
Archives publiques de l'Ontario, I0006350

Aquarelle : Niagara Falls, Ontario, 30 juillet 1792 (détail)
Cliquer pour un agrandissement (85ko)

Niagara Falls, Ontario, 30 juillet 1792 (détail)
Elizabeth Simcoe, (1766-1850)
Aquarelle papier
Code de référence : F 47-11-1-0-71
Archives publiques de l'Ontario, I0006923



« Je suis descendue par une colline très raide pour me rendre à Table Rock, d'où la vue sur les chutes est magnifique. Parfois des hommes descendent les rochers au-dessous de ce point, mais la descente est difficile et la vue peut-être un peu moins belle.

L'eau qui est vaporisée par la mousse au pied de la chute ajoute de la grandeur à la scène, qui est magnifique, et une fois que l'oeil s'habitue aux objets, c'est encore plus beau. »

- 3 août 1792


«...de grands rochers recouverts de sapins et de pruches entourent ce bras de la rivière, certaines cascades parmi les rochers rendant ces scènes encore plus sauvages. Ces vues me plaisent tant que je compte ces journées parmi celles qui m'ont causé le plus de plaisir, que ce soit par l'art ou la nature.... »

- 23 mars 1793



« J'ai monté mon cheval jusqu'au tourbillon, une vue magnifique à mi-chemin entre Queenstown et les chutes, où le courant est si fort que des tourbillons se forment retenant, en position droite, les bois de construction dressés à la hache qui descendent les chutes depuis une scierie. »

- 23 avril 1793

Aquarelle : Niagara Falls (détail)
Cliquer pour un agrandissement (136ko)

Niagara Falls (détail)
Elizabeth Simcoe, (1766-1850)
Aquarelle papier
Code de référence : F 47-11-1-0-174
Archives publiques de l'Ontario, I0007026

« Les gens traversent depuis Chippawa vers le Fort Schlosser (un fort de terre sur la rive américaine, à environ un mille et demi au-dessus des chutes), mais il faut faire preuve d'une grande prudence, le courant étant si fort. Si l'embouchure de la Chippawa n'avait pas exactement la même force que les eaux au-dessous, ils seraient certainement projetés dans les chutes sans pouvoir se redresser. Huit soldats, qui avaient bu, ont péri dans un accident de ce genre en essayant de traverser la rivière il y a quelques années. Leurs corps ont été emportés assez loin au-dessous des chutes. Un Indien se trouvait dans son canoë près du Fort Schlosser. Le canoë était attaché à un arbre et quelqu'un a coupé la corde. L'Indien ne s'est réveillé que lorsque l'embarcation se trouvait bloquée au milieu du courant fort. Il a tenté de pagayer, mais en vain, et s'est couché, résigné à son sort. Le canoë a été emporté dans les chutes peu de temps après. »

- 30 juillet 1792



Aquarelle : View of the falls, 29 juin 1793 (détail)
Cliquer pour un agrandissement (130ko)

View of the falls, 29 juin 1793 (détail)
Elizabeth Simcoe, (1766-1850)
Aquarelle papier
Code de référence : F 47-11-1-0-97
Archives publiques de l'Ontario, I0006949

Les Simcoe passèrent l'hiver à Newark, où Elizabeth donna naissance à une fille, Katherine, vers la mi-janvier 1793. Dans une lettre à une amie qui s'occupait des quatre premiers enfants des Simcoe, en Angleterre, Elizabeth a fait un portait heureux de sa vie dans le Haut-Canada.



« L'hiver a été comme un automne excessivement sec en Angleterre; le climat est magnifique et le pays passionnant; la société est plaisante au sein d'un certain cercle; en bref, nous n'avons aucune raison de nous plaindre, sauf pour l'absence de nos enfants et de certains amis. »

- Navy Hall, février 1793