Travels with Elizabeth Simcoe: A Visual Journey Through Upper and Lower Canada - Page Banner

Retour à Québec


Aquarelle : Quebec, St. Audrey, Grondines, Dechambeau, 23 septembre 1794 23 septembre 1794 (détail)
Cliquer pour un agrandissement (130ko)

Quebec, St. Audrey, Grondines, Dechambeau,
23 septembre 1794 (détail)
Elizabeth Simcoe, (1766-1850)
Aquarelle papier, full
Code de référence : F 47-11-1-0-153
Archives publiques de l'Ontario, I0007005



À Québec, Elizabeth fut accueillie à bras ouverts par l'élite locale, et ses journaux relatèrent un tourbillon de rencontres sociales et de fonctions mondaines.

Au début 1795, néanmoins, il était devenu évident qu'une invasion n'était pas imminente, et Elizabeth décida, en dépit de sa réticence à faire un voyage en hiver, de retourner vers le Haut-Canada.

Son mari lui manquait et elle lui manquait, comme en témoignent les vers suivants qu'il lui a écrits et qui figurent dans le manuscrit de son journal :

Deux fois six ans ont passé sur des plaines azurées, diffusant de la joie
Bonheur et lumière ont disparu depuis ton départ, Eliza,
Ma joie de vivre occupe mes pensées, toi ma bien-aimée
Et si les nuages s'amoncèlent sur ma vie,
Ta présence illumine la scène
Et les choses les plus élémentaires rayonnent
Et maintenant, en ton absence, mes vœux s'élancent vers toi
Reviens, ma source de joie; reviens, ma source de lumière

Lavis sur papier : Presqu'ile, Bay of Quinte, [vers 1795] (détail)
Cliquer pour un agrandissement (133ko)

Presqu'ile, Bay of Quinte, [vers 1795] (détail)
Elizabeth Simcoe, (1766-1850)
Lavis sur papier, gris
Code de référence : F 47-11-1-0-161
Archives publiques de l'Ontario, I0007013

À cette époque de l'année, la seule route possible était par voie terrestre, le long de la rive nord du Saint Laurent.

Après un voyage difficile, mais le moral au plus haut, vers la mi-février, Elizabeth retrouva son mari à New Johnstown (Cornwall), où il préparait des plans pour établir des routes et une colonie dans la région.

Ils se mirent en route peu de temps après pour Kingston, où M. Simcoe tomba gravement malade.

« Le gouverneur est si malade depuis le 21 mars que je n'ai pas quitté sa chambre depuis ce jour. Sa toux est tellement forte que certaines nuits il ne peut pas se coucher, obligé de rester assis sur une chaise. Il a perdu l'appétit et souffre de maux de tête au point de ne plus supporter que l'on traverse sa chambre ou parle à haute voix, à part moi. Il n'a vu aucun médecin, si ce n'est un médecin pour chevaux qui a prétendu être pharmacien. »

- 14 avril 1795

Elizabeth, elle aussi, attrapa la grippe et ce n'est qu'à la mi-mai qu'ils purent enfin atteindre York. En juillet, ils retournèrent à Niagara, pour la session de l. Cet été-là, ils en profitèrent pour voyager dans la péninsule du Niagara.

Lavis sur papier : His Majesty's Ship Mississauga; Niagara, Navy Hall, Newark; Sept. 13, 1794, 6 o'clock AM (détail)
Cliquer pour un agrandissement (155ko)

His Majesty's Ship Mississauga; Niagara, Navy Hall, Newark;
Sept. 13, 1794, 6 o'clock AM (détail)
Elizabeth Simcoe, (1766-1850)
Lavis sur papier
Code de référence : F 47-11-1-0-144
Archives publiques de l'Ontario, I0006996