Anne Langton, dame de bonne famille, pionnière et artiste : L'émigration - 1837 - bannière

Table des matières


L'émigration offrait aux Langton l'occasion de retrouver John et de commencer une nouvelle vie, loin des tracas financiers, mais c'est le cœur lourd qu'ils quittèrent l'Angleterre. Ils se séparaient non seulement de la mère patrie, probablement à jamais, mais aussi de William et de Margaret, qui, à ce moment là, avait trois petites filles.

Ils s'embarquèrent à Liverpool, le 24 mai 1837. La ville était en liesse et le grand port pavoisait, car on fêtait la majorité de la princesse Victoria, qui allait monter sur le trône six semaines plus tard, à la mort de Guillaume IV.

Aux yeux des Langton, ces réjouissances étaient de bon augure. Nos intrépides voyageurs s'installèrent à bord d’un voilier au nom de circonstance, l'« Independence », qui devait franchir la mer d'Irlande et l'océan Atlantique pour les emmener loin de tout ce qu'ils connaissaient et chérissaient.

Tempêtes et calmes plats alternèrent, on croisa baleines et icebergs, et puis il y eut les petites misères de la vie en mer et son train-train, les imprévus des repas à bord et la galerie de « personnages » qu’ils côtoyèrent : la famille eut de quoi tout à tour s'occuper, se vexer et se divertir.

Thomas, Ellen et Anne tirent chacun la chronique de leur traversée vers New York, qui, par chance, fut très courte pour l'époque, soit tout juste trois semaines.

« [...] Hier, la journée a été éprouvante. Le navire avançait vent en poupe à quelque quatorze nœuds à l'heure, sur une mer démontée qui a occasionné une foule de désagréments et des incidents absurdes [...] Nous avons eu notre part des infortunes du jour. Tandis que nous bavardions tranquillement au salon des dames, notre cabine a pour ainsi dire basculé sens dessus dessous, le panier à œufs s’est violemment séparé de son contenu et les œufs ont été projetés de-ci de-là, jusqu'à ce que le tapis en soit recouvert –, prêt à mettre à la poêle! Cela nous aurait fait une magnifique et succulente omelette. On n'a découvert l'état de la pièce qu'au moment où votre mère allait se coucher, vers 11 heures, et un long rituel de purification a alors commencé [...] À moins de revers, nous pourrions être à New York d'ici trois semaines [...] »

Thomas Langton
(LR, vi)

Cliquer ici pour un enregistrement
sonore dela citation en format
wav (1,16 Mo)
ou aif (1,16 Mo).


Lettres et journaux intimes retracent aussi le périple des voyageurs une fois à terre, par voiture, chemin de fer et traversier, de New York à Toronto, puis jusqu'aux lacs de Kawartha.

Cette étape du voyage devait durer près de deux mois, en partie à cause de la maladie d'Ellen à New York et à Toronto, des malaises intermittents d'Alice et de l’indisposition d'Anne à Peterborough, mais aussi de l’irrégularité des transports et d'autres inconvénients.

À New York, nos voyageurs aguerris déambulèrent le long de Broadway, dînèrent en compagnie des personnes avec qui ils avaient été mis en rapport par des amis mutuels en Angleterre, admirèrent l'architecture de la ville, firent le tour des attractions, se régalèrent des panoramas et explorèrent les boutiques – Anne en profita pour se faire des provisions de fournitures d'artiste

Land View from the Port at West Point (détail), New York, 1837

Cliquer pour un agrandissement (78ko)
Land View from the Port at West
Point (détail), New York, 1837
Anne Langton
Mine de plomb sur vélin crème
Code de référence : F 1077-8-1-4-6
Archives publiques de l'Ontario, I0008028

« … Beaucoup de choses font envie ici… J'ai fait l'achat d'une boîte de couleurs chinoise, qui renferme deux godets d'or, un d'argent, une douzaine de couleurs variées, avec d'autres augets vides, des caoutchoucs, etc. – de l'encre de Chine et une douzaine ou deux de pinceaux et de brosses, ce qui m'a coûté en tout et pour tout trois dollars et demi. »

Anne Langton
(LR, 32)

Cliquer ici pour un enregistrement sonore dela
citation en format wav (484ko)
ou aif (484ko).


À l'exposition annuelle de la National Academy de New York, Thomas et Anne découvrirent des scènes croquées sur l'Hudson par de jeunes artistes américains (plus tard connus sous l'appellation « Hudson River School »). À son départ de New York, Anne coucha sur papier ses propres versions de ces paysages « romantiques » du Nouveau Monde.
[West Point Military College], School Camp and Parade Ground, West Point, New York (détail), 1837

Cliquer pour un agrandissement (42ko)
[West Point Military College], School Camp and Parade Ground,
West Point, New York (détail), 1837
Anne Langton
Mine de plomb sur vélin crème
Code de référence : F 1077-8-1-4-10
Archives publiques de l'Ontario, I0008032

À West Point, les Langton virent parader les cadets du collège militaire et assistèrent à un office religieux qui célébrait la fête de l'Indépendance américaine. Puis la famille poursuivit sa route et remonta l'Hudson vers le Haut-Canada, en passant par Albany, Syracuse, Rochester, Queenston, Niagara et, enfin, Toronto.

From the Hotel West Point, looking up the River, New York, 1837

Cliquer pour un agrandissement (81ko)
From the Hotel West Point, looking up the River,
New York, 1837
Anne Langton
Mine de plomb sur vélin crème
Code de référence : F 1077-8-1-4-4
Archives publiques de l'Ontario, I0008026

Hotel, West Point, New York, 1837

Cliquer pour un agrandissement (108 ko)
Hotel, West Point, New York, 1837
Anne Langton
Mine de plomb sur vélin crème
Code de référence : F 1077-8-1-4-5
Archives publiques de l'Ontario, I0008027

Ces deux dessins et celui qui les surmonte, Land View, font partie d'un ensemble souvenir de quatre. Il arrivait souvent à Anne de représenter un emplacement depuis divers points d’observation.


Horseshoe Falls, Niagara (détail), 1837

Cliquer pour un agrandissement (47ko)
Horseshoe Falls, Niagara (détail), 1837
Anne Langton
Mine de plomb sur vélin crème
Code de référence : F 1077-8-1-4-14
Archives publiques de l'Ontario, I0008036

(Il peut sembler approprié d'intercaler cette « représentation » ici. Dans une autre section de l'exposition, toutefois, on pourra admirer deux très bonnes vues des chutes.

À Niagara, Anne partit de bon matin pour croquer le spectacle des chutes, mais, à sa grande déception, elle est paralysée par l'envergure du panorama. Elle exprimae sa frustration dans le post-scriptum d'une lettre adressée à William par son père :

« Mon père a laissé de la place ici pour un croquis, et j'avais certainement l'intention de t'envoyer (présomptueuse!) ma représentation de Niagara… J'étais (surtout au début) insatisfaite, non pas du paysage, mais de moi-même. J'avais conscience à la fois de l'immensité et de la noblesse du panorama, et de mon incapacité, de mon impuissance à l’embrasser. J'étais mortifiée par la futilité de mes efforts pour saisir pleinement l'idée. Il faut un certain temps pour cristalliser une notion, et, j'en suis sûre, un séjour plus long que le nôtre pour se faire une conception le moindrement juste du grandiose et de la magnificence de cette réalité. »

Anne Langton
(A Gentlewoman in Upper Canada[GUC], 29-30)

Cliquer ici pour un enregistrement
sonore dela citation en
format wav (844ko)
ou aif (844ko).


Malheureusement, il semble qu'Anne n'ait pas fait de croquis pendant le trajet de Niagara à Peterborough, sans doute parce qu'elle dû s'occuper d'Ellen. À Toronto, toutefois, Thomas et Anne explorèrent la ville et firent des visites; ils furent notamment reçus à dîner par le gouverneur, à l'hôtel du gouvernement.

Le 4 août, les Langton quittèrent enfin Toronto et reprirent le chemin du lac Sturgeon. En arrivant à Peterborough, Anne tomba malade, ce qui les cloua sur place pendant une autre semaine. Pendant ce temps, elle fit quelques croquis.

Peterborough from White's Tavern, 1837

Peterborough from White's Tavern, 1837
Anne Langton
Mine de plomb sur vélin crème
18,0 cm x 23,3 cm (7po. x 9¼ po.)
Code de référence : F 1077-8-1-4-16
Archives publiques de l'Ontario, I0008038

Quarante-deux ans après avoir posé un premier regard sur l'arrière-pays canadien à Peterborough, dont la population en 1837 comptait quelque 900 âmes, Anne en gardait toujours un vif souvenir..

« Il faisait déjà noir à notre arrivée à Peterborough. Je me souviens très bien de mes premières impressions lorsque, le matin venu, j'ai regardé par la fenêtre. Combien sauvage ! Ces terres incultes, jonchées de débris ligneux – non pas le bois debout, jamais très loin, mais la précieuse matière, éparpillée un peu partout. Troncs, billots, éclats et bûches couvraient la moindre surface de la petite plaine à nos pieds, sans parler des souches; c'était la première fois que j'apercevais en personne l'« arrière-pays ». J'ai vu depuis beaucoup de ces étendues boisées, mais cette première impression ne s'effacera jamais. »

Anne Langton
(SOF, 64)

Cliquer ici pour un enregistrement sonore dela citation en format wav (891ko) ou aif (891ko).